Sign@l - ‪Du social au biologique : les habits neufs de la « race » ? Entretien avec Magali Bessone et Claude-Olivier Doron‪

Contenu de l'article

Titre

‪Du social au biologique : les habits neufs de la « race » ? Entretien avec Magali Bessone et Claude-Olivier Doron‪

Auteur Élodie Grossi, Christian Poiret
Mir@bel Revue Revue Européenne des Migrations Internationales
Numéro vol. 32, no 3, 2016 30ème anniversaire. Renouveler la question migratoire
Page 249-270
Résumé Il est communément admis en France que la notion biologique de race est scientifiquement invalidée depuis les années 1950. Pourtant, la « race », comme catégorie biologique, est loin d'être sortie des pratiques scientifiques. Au contraire, ces usages sont multiples et fragmentaires. La notion de race se transforme ainsi au fil de sa circulation entre disciplines des sciences « dures » et entre contextes nationaux. Et surtout, son usage comme notion biologique n'est pas cantonné aux seuls professionnels de la santé et des sciences naturelles. Aux États-Unis, les particuliers recourent à des tests génétiques pour s'affilier à des « races-ascendances bio-géographiques ». Des sociologues et historiens analysent les usages de la « race » en sciences « dures » et en médecine dans le contexte étatsunien, depuis une vingtaine d'années. Au regard de ce foisonnement nord-américain, les recherches en sciences sociales se font rares sur le sujet en France. Dans cet entretien, Magali Bessone et Claude-Olivier Doron proposent des lectures novatrices des modalités de construction et des usages des catégories ethniques et raciales dans le champ des sciences naturelles et de la médecine. Ils reviennent sur la pertinence de l'opposition entre constructivisme social et naturalisme lorsque ces paradigmes sont appliqués à la « race ». Enfin, ils invitent à déconstruire les usages parfois complexes de cette notion, en produisant des enquêtes empiriquement fondées dans le contexte français.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais ‪In France, it is commonly admitted that the scientific validity of the notion of race has been rejected since the 1950s. Nevertheless, race as a biological category is far from having been removed from scientific practices. Indeed, its uses are multiple and fragmentary. The notion of race is transformed as it circulates between the “hard” sciences and between different national contexts. Furthermore, its use as a biological notion is not restricted to professionals working in health or the natural sciences. In the United States, private individuals now often use genetic tests in order to affiliate themselves to “bio-geographical ancestries” or “races”. For about twenty years, sociologists and historians have been analyzing the uses of race in the “hard” sciences and in the medical field in the American context. Compared to this sizable intellectual production in the US, research on “race” in the social sciences in France is noticeably scant. In this interview, Magali Bessone and Claude-Olivier Doron propose creative readings of the modalities of construction and the uses of ethnic and racial categories in the field of the natural sciences and medicine. They explain the importance of the opposition between social constructivism and naturalism when these paradigms are applied to “race”. Finally, they invite readers to deconstruct the complex uses of this notion, by producing empirical qualitative field studies in the French context.‪
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=REMI_323_0249