Sign@l - Musiques kanak en mouvement : contextes, enjeux et institutionnalisation en Nouvelle-Calédonie

Contenu de l'article

Titre

Musiques kanak en mouvement : contextes, enjeux et institutionnalisation en Nouvelle-Calédonie

Auteur Stéphanie Geneix-Rabault
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 78-79, 2016 Construire des patrimoines culturels en mobilité
Page 55-67
Résumé La Nouvelle-Calédonie, pays d'outre-mer, s'est vue destituée d'une part importante de son patrimoine culturel lors de sa colonisation et de son évangélisation. Elle bénéficie à partir du milieu des années 1970-1980 d'un développement considérable à la suite des revendications identitaires, puis des politiques de rééquilibrage du pays, des Accords de Matignon (1988) jusqu'à l'Accord particulier (2002). L'analyse du contexte politique et social calédonien questionnera le processus de patrimonialisation musicale, son origine et son évolution, mais aussi les profils des acteurs musicoculturels participant à la création de ces « patrimoines ». Nous examinerons les notions d'authenticité, de mémoire, de tradition, d'héritage et d'identité. Leur récurrence dans les discours nous poussera à interroger non seulement leur sens, mais aussi les mécanismes d'institutionnalisation entérinant une patrimonialisation qui tend aujourd'hui plus largement à légitimer une politique musicoculturelle axée sur « l'exportation ».
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Kanaka music in motion: context, challenge and institutionalisation in New Caledonia
New Caledonia, a French overseas collectivity, was deprived of an important part of its cultural heritage after its colonisation and evangelisation. From the mid 1970s, New Caledonia witnessed an important cultural development prompted by identity claims and resulting rebalancing policies, from Matignon Agreements (1988) to the “Accord particulier” (2002). The article questions the process of musical patrimonialisation through the analysis of the Caledonian political and social context. It focuses on its origin and evolution, but also on the characteristics of the musical-cultural actors who take part in creating this “heritage”. It examines the notions of authenticity, memory, tradition, legacy and identity. The recurring use of these terms leads to questioning their meanings as well as the institutionalisation processes that sanction heritage-making, and nowadays tend, in a wider way, to legitimate a music-cultural policy focused on “export”.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_078_0055 (accès réservé)