Sign@l - Jeunesse populaire et État en Argentine

Contenu de l'article

Titre

Jeunesse populaire et État en Argentine

Auteur Candice Martinez
Mir@bel Revue Problèmes d'Amérique Latine
Numéro no 105, été 2017 Les jeunes en Amérique latine : Société et jeunesse
Rubrique/Thématique
Dossier : Les jeunes en Amérique latine : Société et jeunesse
Page 57-67
Mots-clés (géographie)Argentine
Mots-clés (matière)classe sociale criminalité délinquance discrimination Etat exclusion jeune jeunesse participation politique pauvreté politique publique prévention quartier
Résumé En Argentine, la lutte contre la délinquance juvénile se constitue en objet de l'action publique avec l'arrivée au pouvoir du président Fernando de la Rúa, candidat de la coalition de partis appelée l'« Alliance », élu en 1999. Ce gouvernement centriste adopte un plan de prévention de la délinquance qui comprend un programme de prévention sociale ciblé sur les jeunes issus des quartiers dits marginaux, considérés en risque de devenir délinquants ou déjà engagés dans des activités illicites. Mais cette stratégie se heurte à la résistance des populations ciblées par cette politique publique, mettant au jour la difficile question du rapport entre l'État, les quartiers défavorisés et la jeunesse populaire. Cet article revient sur la place accordée à la jeunesse populaire dans l'action publique depuis le retour de la démocratie. Ensuite, à partir d'une enquête de terrain portant sur la mise en œuvre du programme « Communautés vulnérables » dans une villa miseria de la province de Buenos Aires, il réinterroge le rapport entre État, engagement politique et jeunesse populaire en Argentine à partir du point de vue des jeunes.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Popular youth and State in Argentine
In Argentina, the fight against juvenile delinquency became a target for public action with the election of president Fernando of Rùa, candidate of the coalition of parties called “Alliance”, in 1999. This new government launches a public policy called “national program for crime prevention” that includes a program intended to prevent youth delinquency in poor neighbourhoods. But this strategy meets the resistance of the population targeted by this public policy, updating the difficult question of the relationship between the State, the disadvantaged districts and popular youth. This article reconsiders the place granted to popular youth in public action since transition to democracy. It is based on a field work bearing into the implementation of the program called « vulnerable communities » in a villa miseria of the province of Buenos Aires. It questions the relationship between State, political commitment and popular youth in Argentina starting from the point of view of young people.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PAL_105_0057 (accès réservé)