Sign@l - Conflit foncier, reconfiguration territoriale et valeurs de la terre dans les montagnes de Cahabón (Guatemala)

Contenu de l'article

Titre

Conflit foncier, reconfiguration territoriale et valeurs de la terre dans les montagnes de Cahabón (Guatemala)

Auteur Agnès Bergeret
Mir@bel Revue Revue de Géographie Alpine
Numéro vol. 104, no 2, 2016 Montagnes et conflictualité : le conflit, facteur d'adaptations et d'innovations territoriales
Résumé Les montagnes tropicales de Cahabón (municipe du nord-est du Guatemala) ont connu en un demi-siècle une transformation radicale de leur configuration foncière et agricole. Les récits des acteurs locaux conduisent à étudier un conflit pour la terre très violent, dont les racines sont à chercher dans le dispositif du colonage construit à partir de la fin du XIXe siècle. Ils apportent des éléments complémentaires à la compréhension de la guerre interne guatémaltèque (1960-1996), souvent lue au travers du prisme de la guerre froide, c'est-à-dire des stratégies contre-révolutionnaires menées par un régime militaire contre des guérillas communistes. Cet article croise différentes focales d'observation d'un processus conflictuel qui a mené un territoire dominé par une seule grande propriété caféière à une nouvelle configuration, très morcelée, de villages de petits propriétaires paysans. À chacune des séquences de ce processus, la confrontation entre les deux groupes sociaux locaux (les métis Ladinos et les autochtones Mayas-Q'eqchi') transforme les organisations sociales et les territorialités. Les façons dont la montagne est mobilisée dans les identités construites par chacun des deux groupes et participe des cadres de référence et d'action collective, sont une clé déterminante de compréhension des stratégies choisies par les acteurs du conflit.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais In the course of half a century, the tropical mountains of Cahabón (a municipality in north-eastern Guatemala) have undergone a radical transformation of their land and agricultural configuration. Accounts from local actors have led us to examine a conflict that has proved to be very violent for the land and whose origins date back to the “colonato” system established at the end of the 19th century. These accounts provide additional elements that help to understand the Guatemalan Civil War (1960-1996), often interpreted through the prism of the Cold War, i.e. counter-revolutionary strategies led by a military regime against communist guerrillas. This article cross-analyses different observation points on a conflict process that has transformed a territory once dominated by a single large coffee estate into a new, highly fragmented configuration of villages populated by small-scale farmers. At each sequence in this process, social and territorial organisation patterns have been transformed by the confrontation between the region's two local social groups: the mixed-race Ladinos and the native Mayan-Q'eqchi'. The ways in which the mountains have forged the identities of each group and shaped the frameworks of reference and collective actions are key to understanding the strategies adopted by the players in the conflict.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/rga/3199