Sign@l - L'expérimentation d'une formation conjointe d'enseignement université institutionnelle – université populaire : la « géographie sociale » à Saint-Denis

Contenu de l'article

Titre

L'expérimentation d'une formation conjointe d'enseignement université institutionnelle – université populaire : la « géographie sociale » à Saint-Denis

Auteur Collectif de participant·es au cycle de « Géographie sociale » à Saint-Denis »
Mir@bel Revue Carnets de géographes
Numéro no 10, 2017 Pour une réflexion collective sur l'enseignement de la géographie à l'Université
Rubrique/Thématique
Carnets de terrain
Résumé A la rentrée 2015-2016 a été lancé un cycle de formation conjoint entre l'université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis et la Dionyversité, l'université populaire de Saint-Denis. Cette forme hybride a été perçue comme une opportunité pour inventer au sein de la formation institutionnelle une démarche pédagogique non autoritaire visant à favoriser le désir d'apprendre plutôt que le devoir de travailler. L'article détaille la mise en place de ce cycle, ses aspects positifs et ses limites. Il soulève plus de questions qu'il n'apporte de réponses (sur l'évaluation, la relation étudiant·e – enseignant·e, le rôle et les attentes de chacun·e dans le cours, l'autorité, la violence en contexte universitaire, etc.), mais sans renoncer à imaginer des innovations pédagogiques permettant d'y répondre, ni à réfléchir au rôle spécifique que joue la discipline géographique dans ce type d'expérimentation.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais At the beginning of the 2015-2016 academic year a new education program was launched, run as a joint project between the Department of Geography at the University of Vincennes in Saint-Denis (Paris 8) and the People's University of Saint-Denis, known as the “Dionyversité”. This hybrid form of education has been seen as an opportunity to create, within the context of institutional education, a non-authoritarian educational approach that places fostering students' appetite for learning above the obligation to complete work. This article details the implementation of this program, its positive aspects as well as its limitations. It raises questions rather providing answers (about evaluation, student-teacher relations, roles and expectations of both educators and students, authority, violence within a university context, etc.), while leaving scope for imagining pedagogical innovations that can respond to them, and reflecting upon the specific role that geography as a subject area plays in this kind of education experiment.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/cdg/1139