Sign@l - Comment penser l'informalité dans les villes « du Nord », à partir des théories urbaines « du Sud » ?

Contenu de l'article

Titre

Comment penser l'informalité dans les villes « du Nord », à partir des théories urbaines « du Sud » ?

Auteur Sébastien Jacquot, Marie Morelle
Mir@bel Revue Métropoles
Numéro no 22, 2018
Résumé Depuis la seconde moitié des années 2000, plusieurs auteurs anglophones discutent de la place des villes du Sud au sein des études urbaines, souhaitant rompre avec une approche jugée normative. Il s'ensuit la constitution d'un réseau avec des publications collectives à l'appui, pensé comme la pierre d'angle d'un travail de déstabilisation des paradigmes issus « du Nord » et d'une nouvelle problématisation des théories urbaines, depuis des approches provenant des Suds. La notion d'informalité urbaine devient pour certains un élément central de leur réflexion et de cette déstabilisation. Prenant acte de ce renouveau, nous proposons à notre tour de discuter de cette partition entre le « Nord » et le « Sud » dans les études urbaines et en aménagement à partir de cette notion. Cette dernière étant largement construite à partir de l'étude des villes du Sud, quelle peut être la portée de l'informalité pour comprendre des situations urbaines dans les villes du Nord ? Opérant un glissement de l'informalité économique vers l'informalité politique, nous proposons d'analyser les reconfigurations de l'action publique en ville, en dépassant la partition Nord-Sud souvent structurante des études urbaines. Nous prêtons attention à la diversité des registres de l'action publique, conduisant à tolérer voire à organiser des activités économiques informelles exercées à des fins de subsistance. Nous prenons appui sur des recherches conduites dans plusieurs contextes urbains (migrants et commerce ambulant dans la ville de Gênes, activités économiques informelles en Seine-Saint-Denis, en particulier la « mécanique de rue ») croisées avec une lecture critique de l'état de l'art.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais Since the mid-2000's, several Anglophone authors have reevaluated the role of cities from the Global South within urban studies and the production of urban theory, seeking to break with the previous normative approach. As a result of this changing epistemological perspective, a network has been created to destabilize Northern theory and to problematize urban theory from the South. The concept of urban informality has become a key notion in this reproblematization of urban studies from the South. Taking into account these epistemological dynamics, our aim is to investigate this north-south divide within urban and planning studies. To what extent can the notion of informality, which was developed to explain southern urban societies, also be useful to understand urban dynamics in the North? Building on a shift from economic informality to political informality, we study the reconfigurations of public policies in cities spanning the north-south divide. We focus on the plurality of public policies and the ways in which they tolerate, or in some cases regulate, informal economic activities. This research is based on a critical theoretical analysis as well as field observations of street vendors and migrants in Genova (Italy) and street car repair in Seine Saint Denis (Paris suburbs).
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/metropoles/5601