Sign@l - Proscrits, internés et exilés : le cas des alsaciens-lorrains prisonniers politiques dans l'empire allemand (1914-1918)

Contenu de l'article

Titre

Proscrits, internés et exilés : le cas des alsaciens-lorrains prisonniers politiques dans l'empire allemand (1914-1918)

Auteur Gérald Sawicki
Mir@bel Revue Guerres mondiales et conflits contemporains
Numéro no 265, 2017/1 Alsaciens et Lorrains : acteurs « malgré eux », victimes et témoins de deux conflits mondiaux
Rubrique/Thématique
Dossier : Alsaciens et Lorrains : acteurs « malgré eux », victimes, et témoins de deux conflits mondiaux
Page 7-20
Résumé Avant la Première Guerre mondiale, les autorités allemandes avaient établi des listes noires de proscription d'Alsaciens-Lorrains francophiles susceptibles d'être arrêtés et internés en résidence surveillée en cas de guerre franco-allemande. Mis en application dès le 31 juillet 1914, cet équivalent du Carnet B français se prolongeait souvent par une détention préventive de sûreté appelée Schutzhaft. 4 500 Alsaciens et Lorrains de toutes conditions sociales connurent des destinées diverses comme l'internement dans des camps ou l'exil intérieur dans l'ensemble de l'Empire allemand. Sujet de tension entre les autorités civiles et militaires allemandes, ce système extrajudiciaire contribua aussi au retournement de l'opinion publique du Reichsland en faveur de la France. Après la guerre, ces proscrits reçurent une reconnaissance officielle avec la création de la médaille de la Fidélité française et constituèrent une mémoire spécifique portée par des associations de souvenir comme l'Association des Proscrits d'Alsace ou celle des incarcérés d'Ehrenbreitstein.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais
Before the First World War, German authorities had drawn up blacklists of individuals living in Alsace-Lorraine but supportive of France. In the event of a war between France and Germany, plans were made to place these individuals under house arrest. The equivalent of the French Carnet B, this system was implemented from 31 July 1914 and often resulted in these people being placed in preventive custody called Schutzhaft. 4500 inhabitants of Alsace-Lorraine, from all social classes, underwent different experiences, some were placed in internment camps while others remained in internal exile wherever they were in the German Empire. This extra-judicial system produced tension between the civil authorities and the German military, and it turned public opinion in Alsace-Lorraine in favour of France. After the war, these exiles received official recognition and the award of the Medal of French Fidelity, creating in the French mind a specific memory that led to the formation of associations such as the Exiles of Alsace and the Prisoners of Ehrenbreitstein.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=GMCC_265_0007 (accès réservé)