Sign@l - As I Lay Dying : le texte de la psychose

Contenu de l'article

Titre

As I Lay Dying : le texte de la psychose

Auteur Marc Amfreville
Mir@bel Revue Etudes anglaises
Numéro Vol. 70, no 3, juillet-septembre 2017 Juillet-septembre 2017
Rubrique/Thématique
Articles
Page 309-322
Résumé Informé par l'idée que la littérature crée sa propre théorie, cet article se propose de lire As I Lay Dying à la recherche d'une définition textuelle de la psychose, en la confrontant aux modèles issus de la psychiatrie et de la psychanalyse, mais aux antipodes d'une démarche d'adaptation des repères nosographiques connus, dans le but de faire entendre l'originalité de la démarche créatrice faulknérienne. À partir de l'idée centrale de morcellement, qui devient ici la fragmentation en 59 monologues répartis entre plusieurs personnages, mais en explorant aussi les concepts de mère des origines et de sa perte, on tentera de penser ce roman familial gothique comme l'expression d'une fascination pour la mort, comme en témoigne le titre analysé dans ses multiples résonances, qui, paradoxalement, devient force de survie et d'écriture, en ce lieu où s'indifférencient cauchemars, délire et création poétique.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais This essay is based on the idea that literature generates its own theory. It reads As I Lay Dying as a text seeking a textual definition of psychosis. It confronts this definition to models defined by psychiatry and psychoanalysis, away from a literal adaptation of standard classifications, in order to tease out the originality of Faulkner's creative approach. Starting from the central concept of fragmentation, here embodied in the 59 monologues of the various characters, it investigates such concepts as the archaic mother and her loss, and attempts to understand this gothic family romance as the expression of a fascination for death. This is underlined by the title, which is analysed through its multiple resonances; paradoxically, it becomes the impetus for survival and for writing, at the uncertain frontier between nightmare, delirium and poetic creation.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETAN_703_0309 (accès réservé)