Sign@l - “Hey Man, What's Your Style?” Persona Creation, Closet Humanism and Artistic Legitimation in Lou Reed's 1970s Work

Contenu de l'article

Titre

“Hey Man, What's Your Style?” Persona Creation, Closet Humanism and Artistic Legitimation in Lou Reed's 1970s Work

Auteur Christophe Lebold
Mir@bel Revue Etudes anglaises
Numéro Vol. 71, no 1, janvier-mars 2018 The Music of the 1970s: Singular Voices
Rubrique/Thématique
Articles
Page 42-66
Résumé Dans le contexte d'une décennie qui cherche à établir son identité culturelle face à des sixties sur-signifiantes, cet article montre que Lou Reed, inspiré par les techniques de modelage de soi de Warhol et en quête d'une double légitimité (littéraire et rock), a conquis un statut de star en tant qu'artiste solo, grâce à la création d'une persona à l'iconicité très aboutie (le « rock and roll animal ») qui relie les esthétiques et l'ethos rock et l'univers alors émergent du punk. Chemin faisant, la fascination de Lou Reed pour un milieu culturel (le New York marginal) et son attirance pour les expériences limites (déviances et extases) sont analysées dans le contexte de la philosophie de la transgression de Georges Bataille. Nous interrogeons la création de personae sexuellement et moralement ambiguës comme un moyen d'atteindre ce que Bataille appelait « l'homme total » et de manifester la « part maudite » de l'humanité, si bien que le gardien de la « wild side » et parrain du punk propose en sous-main un humanisme véritable. Pour mener à bien nos analyses, nous considérons le concept de « star » à la fois comme artefact textuel et comme objet de transfert collectif, et la musique rock comme une forme d'art qui intègre un théâtre lyrique autofictionnel, particulièrement apparent dans l'art scénique de Lou Reed.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais This article examines how, in the context of a decade that tries to establish its cultural identity against the over-signifying Sixties, Lou Reed, drawing on Warhol's techniques of self-fashioning and aiming at a double legitimacy (“rock” and “literary”), conquered star-status as a solo artist through the very careful construction of an iconic persona (“the Rock and Roll Animal”) that connected the ethos and aesthetics of glam rock with the nascent universe of punk. Lou Reed's fascination for a cultural milieu (the seedy side of New York), and his attraction to limit-experiences (ecstasy, sexual deviance) is analysed here in the context of Georges Bataille's philosophy of transgression. We are thus brought to interrogate the singer's creation of sexually and morally ambiguous personae as attempts to embody Bataille's “total man” and to manifest humanity's “accursed share.” We show that the custodian of the “wild side” and godfather of punk was also a closet humanist, however disturbing his conception of humanity may be. Throughout, the “star” will be considered both as an object of collective transference and complex textual system, and rock music as an art form that integrates an auto-fictional theatre of identities, particularly apparent in Reed's live performances.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=ETAN_711_0042 (accès réservé)