Sign@l - De l'enthousiasme révolutionnaire à la construction de passerelles : la révolution russe et le mouvement ouvrier norvégien

Contenu de l'article

Titre

De l'enthousiasme révolutionnaire à la construction de passerelles : la révolution russe et le mouvement ouvrier norvégien

Auteur Åsmund Egge
Mir@bel Revue Cahiers d'histoire. Revue d'histoire critique
Numéro no 139, 2018 Images en lutte
Rubrique/Thématique
MÉTIERS
 Aux sources de l'histoire
Page 141-151
Résumé Le grand mouvement social de 1917 en Norvège va de pair avec un vif intérêt pour les événements de Russie. Le puissant Parti travailliste, étant passé sous la direction de la gauche radicale, décide, en dépit des réticences rencontrées dans ses rangs vis-à-vis des « thèses de Moscou », d'adhérer à la IIIe Internationale dès 1919, provoquant ainsi le départ d'une petite fraction sociale-démocrate. Mais en 1923, seule la minorité qui fonde le Parti communiste y demeure. La tendance majoritaire animée par Martin Tranmæl refuse néanmoins d'adhérer à l'IOS rivale et, bien que critique, adopte une attitude plutôt conciliante avec Moscou. Après 1945, l'idée d'une réconciliation entre communistes et travaillistes fait son chemin, mais se heurte aux réalités de la guerre froide. Néanmoins, le principal parti ouvrier norvégien ne tombe jamais dans un antisoviétisme systématique, bien que le pays appartienne à l'OTAN. Quant aux partis situés plus à gauche, ils adoptent peu à peu, dès les années 1960, une ligne plus critique à l'égard du « socialisme réel ».
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/chrhc/7802