Sign@l - Des LGBT, des non-binaires et des cases : Catégorisation statistique et critique des assignations de genre et de sexualité dans une enquête sur les violences

Contenu de l'article

Titre

Des LGBT, des non-binaires et des cases : Catégorisation statistique et critique des assignations de genre et de sexualité dans une enquête sur les violences

Auteur Mathieu Trachman, Tania Lejbowicz
Mir@bel Revue Revue Française de Sociologie
Numéro vol. 59, no 4, 2018
Rubrique/Thématique
Varia
Page 677-705
Mots-clés (matière)conditions de vie discrimination enquête genre homosexualité mode de vie sexualité violence
Mots-clés (géographie)France
Résumé Cet article porte sur les critiques d'une enquête statistique sur les violences de genre subies par les lesbiennes, gays, bisexuel·le·s et trans (LGBT). Au cours de la collecte et dans le questionnaire, des répondant·e·s ont jugé l'enregistrement du genre et de la sexualité problématique, en particulier lorsque ces personnes refusaient de se définir comme femme ou homme, bisexuelle ou homosexuelle, ou se disaient « non-binaires ». Minoritaires, ces critiques ont l'intérêt de mettre en cause le cadre de cette enquête sur les violences, elle-même dénoncée comme violente. L'article distingue deux registres de critique, l'un se donnant pour but la reconnaissance d'identifications minoritaires, l'autre questionnant la catégorisation en tant que telle. Les répondant·e·s critiques sont plus jeunes, plus souvent des femmes, s'identifient plus souvent comme bisexuel·le·s et sont parfois en situation de déclassement. Les critiques peuvent être conçues comme l'expression d'une indétermination à la fois vécue et revendiquée, elles sont portées par des personnes d'autant plus disposées à refuser les assignations dominantes du genre et de la sexualité que celles-ci sont pour elles moins pertinentes et moins pesantes.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais LGBT and non-binary people in boxes. Statistical categorization and criticism of gender and sexuality assignation in a study on violenceThis article looks at the criticisms levelled against a statistical study of gender violence against lesbian, gay, bisexual and trans (LGBT) individuals. During the questionnaire and data collection, respondents considered the recording of gender and sexuality to be problematic, particularly when they refused to define themselves as male or female, bisexual or homosexual, describing themselves instead as “non-binary”. Although they represent a minority, these criticisms are interesting in that they challenge the framework of this study into violence, and in fact denounce it as being violent in itself. The article distinguishes between two registers of criticism, one that seeks the recognition of minority identifications and the other that questions categorization in itself. The critical respondents are younger than the others, often women, most often identifying as bisexual, and sometimes in situations of downward mobility. Criticism can be seen as the expression of an indetermination that is both a lived experience and a political claim, often proclaimed by individuals who are all the more likely to refuse dominant assignations of gender and sexuality as the latter are less relevant and less salient for them.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFS_594_0677 (accès réservé)