Sign@l - Faire travailler sans contrat dans la fonction publique : Gestion quotidienne de l'incertitude et préoccupations morales

Contenu de l'article

Titre

Faire travailler sans contrat dans la fonction publique : Gestion quotidienne de l'incertitude et préoccupations morales

Auteur Marion Gaboriau
Mir@bel Revue Revue Française de Sociologie
Numéro vol. 60, no 1, 2019
Rubrique/Thématique
Varia
Page 43-69
Mots-clés (matière)contrat de travail fonction publique gestion du personnel recrutement sociologie du travail travail temporaire
Mots-clés (géographie)France
Résumé Même si l'on est loin d'en connaitre toutes les formes, le travail temporaire est utilisé par nombre d'organisations privées et publiques. En partant d'une des formes d'emploi qu'il prend dans la fonction publique territoriale, cet article propose de se placer du côté des employées d'un service des ressources humaines en charge de la gestion de travailleuses temporaires exerçant des activités de services faiblement qualifiées. Ces employées, nommées « gestionnaires », responsables de la sélection et du placement quotidien de la main-d'œuvre, sont prises dans de multiples tensions créatrices d'instabilité et de malaise qu'il s'agit de dépasser. Contraintes de mobiliser et fiabiliser des travailleuses sans véritablement les engager, de respecter des règles et en combler l'absence, elles jouent un double rôle d'intermédiaire de l'emploi et du droit. Afin de réduire l'incertitude au quotidien tout en essayant de donner un sens moralement acceptable à leurs pratiques, les gestionnaires mettent en œuvre plusieurs logiques d'action dans leurs interactions avec la main-d'œuvre. Entre engagements et arrangements mutuels, logique de responsabilisation et de mise à distance, elles inventent des règles pour cadrer leur activité et la réaliser.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Organizing the work of temp workers without job contracts in the French civil service: Daily management of uncertainty and moral concernsThough we are still a long way from having identified all forms of temp work, we know that many private and public-sector organizations use this type of labor. This article studies a type of temporary employment found in France's local civil service sector, adopting the perspective of female employees in a human resources department whose job is to manage female temporary workers called upon to perform low-skilled tasks. The HR employees, called “managers” and in charge of organizing this work force on a daily basis, are caught up in multiple tensions that create instability, discomfort, and discontent, a situation they are constantly trying to overcome. Called upon to mobilize the temporary workers and keep them loyal without being able to really hire them, constrained to follow rules and in some cases compensate for their absence, the managers play a composite role of employment intermediary and legal intermediary. In order to reduce the daily uncertainty of their own work while trying to endow their practices with morally acceptable meaning, these female managers of a female temporary work force use several rationales for action in their interactions with the workers, inventing rules to frame and enable them to perform their activities, activities that fall somewhere between mutual commitments and making do in the moment, moving to attribute responsibilities to the workers and keeping their distance from them.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RFS_601_0043 (accès réservé)