Sign@l - « Elle est tombée Babylone »

Contenu de l'article

Titre

« Elle est tombée Babylone »

Auteur Corinne Bonnet, Annelies Lannoy
Mir@bel Revue Revue d'histoire des sciences humaines
Numéro no 33, 2018 Après 1918
Rubrique/Thématique
Dossier
Page 59-85
Résumé La parution en 1900 de Das Wesen des Christentums par Adolf Harnack enclenche, parmi les théologiens et les historiens des religions, une réflexion intense et volontiers polémique sur le devenir du christianisme et sur ce qui différencie le catholicisme du protestantisme, héritier proclamé du christianisme primitif. En 1902, Alfred Loisy, prêtre catholique et spécialiste de l'étude comparée du christianisme et du judaïsme, réplique à Harnack dans L'Évangile et l'Église. Son volume marque le point de départ de la crise moderniste. Il lui vaudra d'être excommunié en 1908 et élu au Collège de France en 1909. Dès lors, il entame une intense relation épistolaire avec Franz Cumont, historien belge du « paganisme » antique. La conception du christianisme par Harnack y est discutée et, à partir de 1914, l'appropriation protestante, allemande et farouchement nationaliste, du dieu chrétien. Les atrocités de la guerre incitent les deux savants à repenser l'histoire et le devenir des religions et à concevoir une « religion de l'avenir ». La sortie de guerre est l'occasion de « désapprendre » de l'Allemagne qui avait été un phare intellectuel jusqu'en 1914, mais aussi de « déchanter » par rapport à la perspective d'une « paix des nations » adossée à une nouvelle vision morale et spirituelle de l'humanité.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais Adolf Harnack's Das Wesen des Christentums publication in 1900 initiates among theologians and historians of religions an intense and deliberately controversial debate on the future of Christianity and on the distinctions between Catholicism and the self-proclaimed heir of primitive Christianity, Protestantism. In 1902, the Catholic priest and specialist in the comparative study of Christianity and Judaism Alfred Loisy replied to Harnack in his book L'Évangile et l'Église. This volume leads to Loisy's excommunication in 1908 and to his election as professor at the Collège de France the following year. An epistolary relation ensues between Loisy and the Belgian historian of antique “paganism” Franz Cumont in which both men discuss Harnack's conception of Christianity. By 1914 their discussion broadens and moves towards the Protestant, German and fiercely nationalist appropriation of the Christian God. Faced with the atrocities of World War I, Loisy and Cumont subsequently set themselves to rethink religions' history and development which eventually incites them to outline a “religion of the future.” By war's end, however, their hope for a “peace among nations” arising from some novel vision of morality and spirituality leaves them disenchanted and wishing to “unlearn” from Germany which was until then their intellectual beacon.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/rhsh/802