Sign@l - La vocation défensive du jihād, son histoire et sa réalité juridique contemporaine

Contenu de l'article

Titre

La vocation défensive du jihād, son histoire et sa réalité juridique contemporaine

Auteur Jabeur Fathally
Mir@bel Revue Etudes Internationales
Numéro vol. XLIX, no 1, hiver 2018 Renouveler la sécuritisation : théorie et pratiques
Rubrique/Thématique
Section non thématique
Page 133–176
Annexes Bibliographie
Mots-clés (matière)chiite défense djihad droit droit international guerre histoire islam légitimité sunnite
Résumé Considéré comme le concept le plus controversé – et souvent mal compris – de la religion musulmane, le jihād se trouve, depuis de nombreuses années, au centre de tous les débats et analyses. Cet article se propose de revisiter l'évolution historique du concept du jihād défensif pour confirmer l'existence d'une tendance doctrinale stable, continue et majoritaire qui limite le jihād à cette vocation défensive (jihād al-dafāa) aussi bien dans la doctrine juridique musulmane classique que dans les écrits des juristes et théologiens musulmans depuis la période dite de la renaissance. Cette stabilité doctrinale nous permet, ensuite, de défendre l'idée selon laquelle le jihād peut être assimilé à une forme spécifique de légitime défense qui se rapproche, à certains égards, de celle développée par le droit international contemporain et que l'adhésion des pays musulmans aux différents instruments du droit international ne peut pas être complètement dissociée de cette évolution historique du jihād défensif.
Résumé anglais Considered the most controversial—and often misunderstood—aspect of the Muslim religion, jihād has been the focus of widespread debate and study for many years. This article revisits the historic evolution of the concept of defensive jihād and confirms the existence of a continuous and stable majority doctrinal trend that limits jihād to this defensive vocation (jihād al-dafāa), both in classic Muslim legal doctrine and in the writings of Muslim legal scholars and theologians since the so-called Renaissance period. This doctrinal stability supports the idea that jihād can be viewed as a specific form of legitimate self-defence similar, in some ways, to the concept as developed in contemporary international law. Added to this is the argument according to which Muslim countries' adherence to instruments of international law cannot be completely dissociated from the historic evolution of defensive jihād.
Article en ligne https://www.erudit.org/fr/revues/ei/2018-v49-n1-ei03892/1050547ar/ (accès réservé)