Sign@l - De la démocratie à la démocrature familiale en Afrique

Contenu de l'article

Titre

De la démocratie à la démocrature familiale en Afrique

Auteur Antoine Glaser
Mir@bel Revue Pouvoirs
Numéro no 169, 2019/2 Les démocratures
Page 107-116
Mots-clés (géographie)Afrique Angola Bénin Burkina Faso Cameroun Congo Gabon Guinée Sénégal Togo
Mots-clés (matière)alternance chef de l'Etat colonisation constitution démocratisation famille militantisme mouvement politique réseau social société civile système politique tradition
Résumé La guerre froide a longtemps gelé tout processus démocratique en Afrique, y compris dans les pays où des Africains ont libéré leurs pays, les armes à la main. À la chute du mur de Berlin, le vent démocratique de l'Est a soufflé timidement et tardivement vers le Sud. Dans les années 1990, des conférences nationales souveraines ont semblé ébranler les palais d'autocrates souvent cooptés ou adoubés au pouvoir par les anciennes puissances coloniales. Un leurre. Non seulement les présidents « sortants » ont repris la main, mais les plus anciens au pouvoir ont verrouillé toute alternance en ayant appris à jongler avec des constitutions importées. D'autres ont dû affronter l'opposition de leurs anciens compagnons de route, soutenus par des sociétés civiles de mieux en mieux organisées et informées grâce aux réseaux sociaux. La vraie nouveauté est la montée en puissance d'une jeunesse urbanisée et mondialisée en phase avec des diasporas très politisées.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The Cold War long blocked any democratic process in Africa, including in countries liberated by African themselves through armed struggle. After the fall of the Berlin Wall, the democratic wind coming from the East blew timidly and belatedly toward the South. In the 1990s, sovereign national conferences seemed to undermine the power of autocrats often co-opted or supported by the former colonial powers. This was an illusion. Not only have the “outgoing” presidents held to power, but those longest in place have blocked any possible alternative by learning to play with imported constitutions. Others have had to confront the opposition of their former fellow travellers supported by civil societies which have become better organised and informed thanks to the social networks. The real novelty is the growing power of an urbanised and globalised youth in line with highly politicised diasporas.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=POUV_169_0107 (accès réservé)