Sign@l - Migration, Informal Settlement, and Government Response: The Cases of Four Townships in Yangon, Myanmar

Contenu de l'article

Titre

Migration, Informal Settlement, and Government Response: The Cases of Four Townships in Yangon, Myanmar

Auteur Eben Forbes
Mir@bel Revue Moussons : Recherche en Sciences Humaines sur l'Asie du Sud-Est
Numéro no 33, 2019 Recherche en sciences humaines sur l'Asie du Sud-Est
Rubrique/Thématique
Dossier thématique
Page 95-117
Résumé Au Myanmar, la Constitution de 2008 stipule que les citoyens ont le droit de s'installer là où ils le souhaitent. En 2010, lorsque les réformes politiques et économiques commencèrent à prendre de la vitesse, de plus en plus de Birmans décidèrent d'user de ce droit en émigrant vers d'autres villes. Yangon est la destination la plus populaire et sans aucun doute le moteur de la croissance économique du pays dans cette nouvelle ère d'intégration à la globalisation. Mais la ville peine à accueillir autant de nouveaux résidents en si peu de temps et les autorités gouvernementales sont loin d'accorder une quelconque légitimité aux zones d'habitats informels, qui reçoivent le plus grand nombre d'immigrés. Les Yangonais historiques ne sont pas non plus très enthousiastes de les accueillir. Cet article examinera deux zones d'habitat informel : l'une à la toute périphérie de la ville et l'autre entre le Central Business District et la périphérie, dans « la ville centrale ». Ces deux territoires seront comparés en termes de vulnérabilité face à l'éviction, de dette des ménages et de risques environnementaux, ainsi que de leur accès aux services urbains fondamentaux, d'emploi et de temps de transport. Cet article examinera un des problèmes auxquels Yangon est aujourd'hui confrontée : est-il possible de contrôler la croissance urbaine tout en intégrant de nombreux nouveaux venus, en respectant leur droit à la mobilité et en répondant à leurs besoins en services de base ? Cet article est fondé sur le travail de terrain de l'auteur et les enquêtes qu'il a menées auprès des ménages, ainsi que sur un autre travail effectué sur la question du rôle vital joué par ces nouveaux immigrés dans l'économie et le fonctionnement globaux de cette ville en plein développement.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais In Myanmar, the 2008 Constitution stipulated that citizens have the right to settle anywhere in the country. When political and economic reforms begun in 2010 started to gather steam, more and more people began to exercise that right by migrating to cities with Yangon being the most popular destination. Yangon is beyond doubt the driving engine of growth for this country in its new era of induction into the global economy. But Yangon is struggling to support so many new residents so quickly, and government authorities are far from granting any legitimacy to informal settlements—which are receiving the largest numbers of migrants, and the city's original residents are not keen to accept them either. This paper will examine two informal settlement locations—one at the very periphery of the city and the other located in the area between the Central Business District and the periphery, or “Central City”. These two locations will be compared in terms of their vulnerability to eviction, household debt, and environmental hazards; as well as their supply of basic urban services, employment, and commuting time. The paper will examine a central conundrum facing Yangon today: can orderly, controlled urban growth be achieved while also assimilating the many newcomers in ways that respect their right to mobility and need for basic services? This paper relies upon the author's own household surveys and field research in addition to recent scholarship on the subject to elucidate this question in light of the vital role these newcomers play in the overall economy and functioning of this burgeoning city.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/moussons/4943