Sign@l - Développement du secteur financier, chocs des termes de l'échange et volatilité de la croissance dans les pays à faible revenu

Contenu de l'article

Titre

Développement du secteur financier, chocs des termes de l'échange et volatilité de la croissance dans les pays à faible revenu

Auteur Kangni Kpodar, Maëlan Le Goff, Raju Jan Singh
Mir@bel Revue Revue d'économie du développement
Numéro volume 26, no 4, décembre 2018
Page 27-68
Résumé Contribuant aux travaux de recherche existants, cet article porte sur l'étude du rôle potentiel de la structure du système financier – l'intermédiation financière se reposant sur les banques ou sur les marchés financiers – en matière de volatilité macroéconomique, dans le contexte d'une attention accrue portée au renforcement de la résilience. Les pays à faible revenu étant les plus vulnérables aux chocs majeurs et fréquents des termes de l'échange, notre étude porte sur un échantillon de 38 pays à faible revenu (PFR), sur la période qui s'étend de 1978 à 2012, et conclut que le développement du secteur bancaire agit comme absorbeur de chocs dans les pays pauvres, atténuant la propagation de l'impact des chocs des termes de l'échange sur la volatilité de la croissance. En élargissant notre échantillon à 121 pays en développement, nous confirmons ces résultats, bien que l'effet d'absorbeur de chocs s'atténue à mesure que les économies prospèrent. Au contraire, le développement du marché boursier ne semble agir ni comme absorbeur ni comme amplificateur de chocs dans la plupart des économies. Nos conclusions sont robustes à une série d'estimateurs économétriques, notamment au modèle à effets fixes, à la méthode de GMM en système et à la méthode de projection locale.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais Financial Deepening, Terms of Trade Shocks, and Growth Volatility in Low-Income Countries
This paper contributes to the literature by looking at the possible relevance of the structure of the financial system—whether financial intermediation is performed through banks or markets—for macroeconomic volatility, against the backdrop of increased policy attention on strengthening growth resilience. With low-income countries (LICs) being the most vulnerable to large and frequent terms of trade shocks, the paper focuses on a sample of 38 LICs over the period 1978-2012 and finds that banking sector development acts as a shock-absorber in poor countries, dampening the transmission of terms of trade shocks to growth volatility. Expanding the sample to 121 developing countries confirms this result, although this role of shock-absorber fades away as economies grow richer. Stock market development, by contrast, appears neither to be a shock-absorber nor a shock-amplifier for most economies. These findings are consistent across a range of econometric estimators, including fixed effect, system GMM and local projection estimates.Codes JEL : F40, G20, O10.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=EDD_324_0027 (accès réservé)