Sign@l - L'impact de la fragmentation des mémoires collectives nationales sur la politique étrangère : le cas de la France

Contenu de l'article

Titre

L'impact de la fragmentation des mémoires collectives nationales sur la politique étrangère : le cas de la France

Auteur Éric Sangar
Mir@bel Revue Etudes Internationales
Numéro vol. L, no 1, printemps 2019
Rubrique/Thématique
Articles
Page 39-68
Annexes Bibliographie
Mots-clés (géographie)France
Mots-clés (matière)histoire mémoire politique étrangère
Résumé Comment les changements dans les conditions de la gouvernance des mémoires collectives nationales influencent-ils la politique étrangère ? Le recours à des représentations du passé partagées à un niveau intersubjectif constitue une ressource pour la prise de décision et pour la justification de la politique étrangère. Dans cette optique, cet article identifie cinq facteurs qui amenuisent la capacité des gouvernements de régir les mémoires nationales et en explore deux conséquences principales. Tout d'abord, l'utilité justificatrice du recours à l'histoire est de plus en plus limitée. Ensuite, la disparition d'une mémoire collective consensuelle peut conduire à l'émergence du « présentisme » comme mode de temporalité dominant dans les processus de décision. Cette réflexion est illustrée par une analyse empirique du cas de la France, pays dont la politique étrangère se distingue par une forte tradition du recours à l'histoire nationale.
Résumé anglais How do changes in the way national collective memories are shaped influence foreign policy? Appeals to shared representations of the past at an intersubjective level are an aid to decision-making and the justification of foreign policy. Given this, five factors are identified that undermine a government's ability to shape national memory and explores the two main consequences. First, the justificatory utility of appeals to history is increasingly limited. Second, the disappearance of a consensual collective memory can lead to the emergence of “presentism” as the dominant mode of temporality in decision-making processes. This line of thinking is illustrated by an empirical analysis of the case of France, a country whose foreign policy is noted for its strong tradition of appeals to national history.
Article en ligne https://www.erudit.org/fr/revues/ei/2019-v50-n1-ei04809/1062816ar/ (accès réservé)