Sign@l - Trois continents et une île

Contenu de l'article

Titre

Trois continents et une île

Auteur François Fejtö
Mir@bel Revue Problèmes d'Amérique Latine
Numéro no 113, été 209 Amérique centrale : Pseudo-démocraties
Rubrique/Thématique
Varia
Page 125-138
Mots-clés (géographie)Afrique Amérique latine Asie Cuba Monde
Mots-clés (anthropo)Castro (Fidel) Che Guevara (Ernesto)
Mots-clés (matière)conférence coopération histoire organisation internationale relations internationales situation politique tiers mondisme
Résumé Dans cette Lettre de la Havane, l'histoirien François Fejtö décrit avec un certain sarcasme l'envers du décor de la Conférence de la Havane – la « Tricontinentale », qui pris place à Cuba du 3 au 15 janvier 1966. Du luxueux décor – destiné à l'origine aux touristes américains – aux différentes tensions qui traversent les mouvements tiers-mondistes d'alors, l'historien décrit à la fois adroitement et précisément les dissensions entre les mouvements qui composent les participants, mais aussi leurs rapports avec chacun des « frères ennemis » ; les Soviétiques et les Chinois. L'éviction ou du moins l'isolement de ces derniers semblait avoir été, au départ, un des objectifs de la conférence pour l'URSS –. Fetjö relate également les débats relatifs à la création d'une organisation tricontinentale, dont les bases sont alors jetées, qui conserve pourtant l'appareil de l'ancienne organisation, fondée sur la coopération asiatico-africaine. Ce texte apporte enfin des éléments de compréhension importants pour saisir les différentes tensions suivant le départ du Che de Cuba en 1965 – qui provoqua une crise du castrisme, bloquée entre intérêts des régimes révolutionnaires stabilisés, en voie d'embourgeoisement, et la pression des « révoltés inassouvis », exaspérés par les progrès du « colonialisme », qui « exigent une aide quasi illimitée, sacrifice sur sacrifice ».
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais In this Letter from La Havana, the historian François Fejtö describes, with some sarcasm, the reverse side of the Havana Conference – the “Tri-continental”, which took place in Cuba from January 3rd to 15th, 1966. From the luxurious decor – originally intended for American tourists – to the tensions that cross the third-worldist movement of the time, the historian describes both adroitly and precisely the dissension between the participants, but also their relationship with each of the “enemy brothers”; the Soviets and the Chinese. The eviction, or at least the isolation, of the latter seemed to have been, at first, one of the goals of the conference for the USSR. Fetjö also recounts the debates on the creation of a tri-continental organization, of which the bases were built, which nevertheless retained the apparatus of the old organization based on Asian-African cooperation. Finally, this text brings important elements of understanding to grasp the conflictual context following the departure of the Che from Cuba in 1965 – which provoked a crisis of Castrism, torn between the interests of the stabilised revolutionary regimes in process of gentrification, and the pressure of “unsatisfied rebels”, exasperated by the progress of the colonialism, which requires “unlimited help, sacrifice after sacrifice”.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=PAL_113_0125