Sign@l - D'une marginalité à l'autre : droit à la ville et pratiques de réadaptation des « bidonvillois » dans les nouvelles marges urbaines de Rabat

Contenu de l'article

Titre

D'une marginalité à l'autre : droit à la ville et pratiques de réadaptation des « bidonvillois » dans les nouvelles marges urbaines de Rabat

Auteur Tarik Harroud
Mir@bel Revue Annales de géographie
Numéro no 729-730, 2019/5-6 Droit à la ville au Sud et construction des légitimités ordinaires
Rubrique/Thématique
Articles
Page 14-37
Résumé La contribution porte sur le vécu et les pratiques de revendication du droit à la ville par des populations « bidonvilloises » relogées dans les grandes opérations de résorption en périphérie de Rabat. Elle examine plus particulièrement la manière par laquelle se construisent les légitimités ordinaires dans ces immenses opérations résidentielles peu équipées et situées physiquement et symboliquement « hors de la ville », incarnant une nouvelle « marginalité » pour ces populations défavorisées.Au-delà des mobilisations sociales de contestation qui expriment leurs revendications à un logement digne ou au droit à la ville (transport, équipements, sécurité, emploi, etc.), ce sont surtout leurs pratiques quotidiennes de réadaptation, que nous cherchons à analyser et explorer en faisant ressortir les différentes stratégies qu'elles mobilisent (solidarités sociales en matière de gestion des quartiers et d'entretien des espaces publics, de création d'équipements de base, des stratégies de déplacement vers la ville-centre, le recours à l'informel, etc.) afin de s'adapter à ce nouveau contexte spécifique.Sur la base d'une série d'observations et d'entretiens réalisés avec un échantillon exploratoire de populations qui ont été transférées de la capitale et ses territoires limitrophes vers deux grandes opérations de résorption situées dans ses périphéries urbaines (ville nouvelle de Tamesna et le centre périurbain d'Ain Aouda), nous envisageons d'étudier la manière avec laquelle se construit et se justifie le droit à la ville dans ces espaces périphériques ainsi que les formes de réactivation ou de réinvention des pratiques de résistance auparavant à l'œuvre dans leurs bidonvilles.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The contribution focuses on the experiences and practices concerning the claim for the right to the city by populations from slums installed in the resettlement sites on the outskirts of Rabat. In particular, it examines how everyday legitimacy is constructed in these huge, poorly equipped residential schemes, physically and symbolically « out of town, » embodying a new « marginality » for these disadvantaged populations. Beyond the social protest actions that express people's claims to dignified housing or to the right to the city (transportation, facilities, security, employment, etc.), it is mainly their daily practices that the Authors seek to analyse and explore. The study highlights the strategy they mobilize (social solidarity in the management of neighborhoods and maintenance of public spaces, the creation of basic facilities, provision of systems for mobility towards the central city, the use of informal means etc.) to adapt to this new specific context. A series of observations and interviews has been conducted with a test sample of populations transferred from the capital and its adjacent territories to two large resettlement schemes in its urban margins (new town of Tamesna and the Ain Aouda Urban Centre). Based on this, the Authors plan to study the way in which the right to the city in these peripheral spaces is constructed and justified, as well as the forms of reactivation or reinvention of resistance practices already at work previously in their slums.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AG_729_0014 (accès réservé)