Sign@l - Smart city at work : Intermédiation sociotechnique et « souveraineté de la donnée » dans une administration locale

Contenu de l'article

Titre

Smart city at work : Intermédiation sociotechnique et « souveraineté de la donnée » dans une administration locale

Auteur David Guéranger, Alexandre Mathieu-Fritz
Mir@bel Revue Réseaux (communication - technologie - société)
Numéro no 218, octobre-décembre 2019 Villes intelligentes et administrations municipales
Rubrique/Thématique
Dossier : Villes intelligentes et administrations municipales
Page 41-75
Résumé Dans un contexte local de développement de la ville intelligente marqué par la méfiance à l'égard des grands opérateurs privés et par un portage politique et organisationnel faible, quelques acteurs intermédiaires d'une administration métropolitaine appartenant à des entités diverses élaborent de manière informelle – et en quelque sorte, « par le bas » – une politique la donnée. Celle-ci consiste, à l'échelle locale, à mutualiser des ressources, à normaliser des données et produire des données « de référence », à faciliter l'interconnexion des services et « urbaniser » des systèmes d'information, à favoriser la transmission et l'exploitation des données, ainsi qu'à déployer une « infrastructure-réseau » garantissant l'indépendance à l'égard des grandes entreprises. A la faveur de ces activités multiples, certains de ces agents administratifs se retrouvent en situation d'intermédiation sociotechnique, fruit d'un travail de traduction qui en fait des intermédiaires incontournables dans la production et la transmission des données, alors même qu'ils ne bénéficient d'aucune reconnaissance formelle ni d'aucun soutien hiérarchique.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The development of smart cities is characterized locally by mistrust in large private operators and weak political and organizational support. In this context, a few intermediary actors from a metropolitan administration located in various entities are developing an informal and bottom-up data policy. This involves pooling resources, standardizing data and thus producing “reference” data, facilitating the interconnection of services, “urbanizing” information systems, facilitating the transmission and use of data, and deploying a “network infrastructure” to ensure independence from large companies, at local level. As a result of these multiple activities, some of these administrative agents find themselves, through a process of translation, in the position of socio-technical intermediaries in the production and transmission of data, even though they do not enjoy any formal recognition or leadership support.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=RES_218_0039 (accès réservé)