Contenu de l'article

Titre Modeler son sexe au Cambodge pour « garder son mari à la maison »
Auteur Clémence Schantz
Mir@bel Revue Droit et cultures
Numéro no 79, février 2020 Réparer les corps et les sexes
Rubrique / Thématique
Dossier: Réparer les corps et les sexes
Page 185-205
Résumé La technique biomédicale de la périnéorraphie au Cambodge se pratique chez des femmes jeunes et en bonne santé afin de resserrer leur vagin et augmenter leur capital érotique en cherchant à accroître le plaisir sexuel masculin. Cet article décrit la pratique et sa particularité au Cambodge, et montre que cette technique est détournée de son objectif médical afin de répondre à une demande sociale. À travers une observation participante de onze mois dans des maternités de Phnom Penh et l'analyse des discours collectés entre 2013 et 2016 au Cambodge, il apparaît que cette pratique mutilante émerge dans un contexte de mutation du modèle conjugal et familial où les femmes souhaitent limiter le recours de leur mari à la prostitution.
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Résumé anglais The biomedical technique of perineorraphy in Cambodia is practiced in young and healthy women in order to tighten their vagina and amplify their erotic capital by seeking to increase male sexual pleasure. This article describes the practice and its particularity in Cambodia, and shows that this technique is diverted from its medical purpose to meet a social demand. Through an eleven-month participant observation in maternity hospitals in Phnom Penh and an analysis of the discourses collected between 2013 and 2016 in Cambodia, it appears that this mutilating practice is emerging in a context of changes in the conjugal and family model where women wish to limit their husbands'use of prostitution
Source : Éditeur (via OpenEdition Journals)
Article en ligne http://journals.openedition.org/droitcultures/6241