Contenu de l'article

Titre La Chine dans l'espace et le rêve chinois
Auteur Isabelle Sourbès-Verger
Mir@bel Revue Monde Chinois
Numéro no 64, 2020/4 L'espace : la « nouvelle frontière » de la Chine
Rubrique / Thématique
Dossier : L'espace : la « nouvelle frontière » de la Chine
Page 16-35
Résumé L'importance symbolique des capacités spatiales comme démonstration de la modernité et de la puissance chinoise est clairement énoncée dès 1956, un an avant le lancement par l'Union soviétique de Spoutnik, le premier satellite artificiel de la Terre. Si certaines factions de la Révolution culturelle dénoncent les scientifiques et ingénieurs du spatial comme trop éloignés des préoccupations des masses, les leaders politiques de tout bord soutiennent le programme et célèbrent le lancement en 1970 du premier satellite chinois. La normalisation des années 1980 influence le développement du secteur qui s'institutionnalise et s'ouvre à l'international en proposant des services de lancement commerciaux. Les avantages des technologies spatiales pour suppléer au déficit d'infrastructures terrestres justifient à eux seuls les investissements consentis et le secteur s'adapte aisément aux différents mots d'ordre des dirigeants politiques. Enfin, l'histoire du secteur spatial et son statut « stratégique » se traduisent par des relations particulières avec le monde de la Défense. Ce soutien politique constant, même s'il a évolué selon les priorités du moment a conduit à la construction de compétences spatiales variées. La volonté de rattrapage technologique, un objectif que la Chine s'est donné dans tous les domaines, se traduit logiquement dans le milieu spatial où orbitent les satellites devenus indispensables aux activités terrestres. La politique américaine d'exclusion de la Chine de tout transfert de technologie a renforcé l'autonomie de cette dernière qui s'affiche désormais comme une alternative et propose ses capacités spatiales sur la scène internationale.La question des compétences spatiales de la Chine prend donc une importance nouvelle dans un contexte où l'affirmation du rêve chinois ne cache pas ses ambitions.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The symbolic importance of space capabilities as a demonstration of China's modernity and national power was clearly stated as early as 1956, a year before the Soviet Union launched Sputnik, the Earth's first artificial satellite. While some factions of the Cultural Revolution criticized space scientists and engineers as too far from the concerns of the masses, political leaders of all stripes supported the program and celebrated the launch of China's first satellite in 1970. The normalization of the 1980s influenced the development of the sector, which became institutionalized and opened up to the international market by offering commercial launch services. The advantages of space technologies compensate for the lack of ground infrastructures and the sector easily adapts to the diverse slogans of political leaders. Finally, the history of the space sector and its «strategic» status lead to special relations with the defence sector. The constant political support, even if it has evolved according to the priorities, has led to the construction of various space competences. The desire to catch up technologically, an objective that China has set for itself in all fields, is logically reflected into space. The U.S. policy of excluding China from any technology transfer has strengthened China's autonomy. It is now presenting itself as an alternative and offering its space capabilities on the international scene.The question of China's space skills is therefore of new importance in a context where the Xi slogan of the Chinese dream is not hiding its ambitions.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=MOCHI_064_0016 (accès réservé)