Sign@l - Pour une définition relationnelle des termes Nord et Sud : Gênes et Valparaiso

Contenu de l'article

Titre

Pour une définition relationnelle des termes Nord et Sud : Gênes et Valparaiso

Auteur Sébastien Jacquot
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 41, 2007 On dirait le Sud...
Rubrique/Thématique
On dirait le Sud...
 Urbanisation et modèles urbains
Page 181
Résumé Les termes Nord et Sud, s'ils ne peuvent fonder une délimitation spatiale objective, peuvent être maintenus comme cadre d'analyse pour comprendre les transformations de certains espaces. Une optique relationnelle (le Sud prend son sens du Nord et réciproquement) permet d'éviter toute substantialisation. L'analyse s'appuie sur les exemples de Gênes et Valparaiso, à l'articulation entre patrimonialisation et projets de réhabilitation urbaine. À Valparaiso, la mobilisation de références et de modèles de ville n'est pas le reflet d'une simple domination du Nord sur la ville, mais traduit l'utilisation de ces références du Nord par des acteurs locaux qui en tirent un surcroît de légitimité. Ces références au Nord se construisent localement. Ceci met en évidence le rôle des imaginaires du Nord ou du Sud : la reconstruction sur un mode nostalgique du patrimoine des migrants anglais à Valparaiso accompagne la gentrification des quartiers patrimoniaux tandis qu'à Gênes se développe dans les années 1980 une image du centre historique comme ville du Sud répulsive. Cette commune utilisation des références Nord et Sud appelle à des comparaisons attentives aux phénomènes de mélanges et à l'imbrication des types d'espaces. La distinction Nord-Sud reste donc essentiellement symbolique, fonctionnant sur le plan des imaginaires.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais For a relational definition of the terms North and South : Genoa and Valparaiso The terms North and South, although unsuitable as a basis for an objective spatial delimitation, can be maintained as an analytical framework for understanding the changes taking place in certain spaces. A relational approach (supposing that the South derives its meaning from the North and vice versa) avoids any substantialization. The analysis is applied to the examples of Genoa and Valparaiso, at the interface between cultural heritage policies and urban renovation projects. In Valparaiso, the bringing into play of certain references and models for city planning is not the reflection of straightforward domination of the city by the North. It shows the use of these references originating from the North by local actors who derive added legitimacy from them. These references to the North are in fact elaborated locally. This process highlights the role of imaginary attributes from the North or from the South. The reconstruction on nostalgic lines of the heritage of English migrants at Valparaiso comes alongside the gentrification of quarters of traditional heritage -whereas at Genoa in the 1980s there developed an image of the historic centre as a highly undesirable city of the South. This common utilization of references taken from North and South calls for comparisons that take into account the intermingling and overlapping of types of space. The North-South distinction therefore remains essentially symbolic, operating in the imaginary sphere.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_041_0181