Sign@l - Les associations d'usagers de l'eau en Egypte vues de l'Inde : entre gouvernance, démocratie et accès à l'irrigation

Contenu de l'article

Titre

Les associations d'usagers de l'eau en Egypte vues de l'Inde : entre gouvernance, démocratie et accès à l'irrigation

Auteur Habib Ayeb, Frédéric Landy
Mir@bel Revue Autrepart
Numéro no 42, 2007 Variations
Rubrique/Thématique
Variations
Page 109
Résumé L'Égypte voit fleurir sous l'égide de la Banque mondiale des associations d'irrigants censées relancer l'irrigation collective à l'échelle du canal d'amenée, en supprimant les pompes individuelles qui puisent directement dans les eaux venant du Nil. Il s'agit officiellement de limiter les gaspillages, d'augmenter la productivité agricole et de relancer des structures sociales en cours de désagrégation. On peut penser qu'en réalité l'objectif est de préparer à une tarification de l'eau au profit d'une agriculture plus capitaliste. Ce processus est comparé à celui de l'Inde, qui connaît aussi ses associations d'irrigants, dont l'évolution peut elle aussi faire penser qu'il s'agit pour l'État de transférer une partie de ses charges budgétaires sur les agriculteurs, mais qui témoigne d'une évolution plus démocratique. La démarche comparative permet ainsi de mettre en parallèle non seulement des similitudes concernant les lieux, mais surtout des processus en cours qui prennent alors un relief spécifique.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Résumé anglais The water-consumers associations in Egypt seen from an Indian perspective : between governance, democracy and access to irrigation Egypt is seeing the flourishing of associations of irrigators, under the sponsorship of the World Bank. These groups are intended to revive collective irrigation at the scale of the supply canals, by cutting out individual pumps which draw directly from water coming from the Nile. The scheme's official aim is to reduce wastage, increase agricultural productivity and regenerate social structures that are breaking down. However, it can be considered that the objective is to prepare for a water pricing system that would benefit more capitalist-based farming. This process is compared with that in India, where these irrigators' associations also exist, and whose development also prompts the thought that for the State it is a way of passing part of its budgetary responsibilities on to the farmers, but nevertheless appears to indicate a more democratic evolution. The comparative approach can thus allow side-by-side examination not only of the similarities regarding places, but above all the processes under way which then take on a specific character.
Source : Éditeur (via Cairn.info)
Article en ligne http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=AUTR_042_0109