Contenu du sommaire : Radicalisation & Famille

Revue Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux Mir@bel
Numéro no 63, 2019/2
Titre du numéro Radicalisation & Famille
Texte intégral en ligne Accès réservé
  • Introduction - Édith Goldbeter-Merinfeld p. 5-11 accès réservé
  • Radicalisation, famille et équifinalité - Mony Elkaïm p. 13 accès réservé
  • Réponse à l'invitation d'écrire - Boualem Sansal p. 15 accès réservé
  • Déradicaliser la radicalisation, ou la problématique ? - Jacques Pain p. 17-35 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Tenter de faire le point sur les publications traitant du problème de la radicalisation et de son pendant théorique, la « déradicalisation », n'est pas simple compte tenu des multiples auteurs et surtout acteurs en jeu, et des débats et polémiques qui marquent les discussions et les interventions. Il faut donc opérer un choix méthodologique, et approcher pour cela les positions des « experts » et des intervenants les plus engagés dans le champ de l'actualité, dans l'idée de dégager les points clés de la problématique, et des réalisations et propositions qui soient à la fois des repères théoriques et des balises pour l'action sur le terrain. Un suivi individuel, familial, social est en fait incontournable. Déconstruire la radicalisation est un programme à long terme.
    Disradicalize radicalization, or the problem itself?
    Trying to take stock of the publications dealing with the problem of radicalization and its theoretical counterpart, “disradicalization” is not simple, given the multiple authors and especially actors involved, and debates and controversies that mark discussions and interventions. It is therefore necessary to make a methodological choice, and to do so, to approach the positions of the “experts” and the stakeholders most engaged in the field of current affairs. With the idea of identifying the key points of the problem, and the achievements and proposals that are both theoretical benchmarks and guidelines for action on the ground. Individual, family and social follow-up is in fact essential. Deconstructing radicalization is a long-term program.
  • Radicalisation violente, familles et santé mentale - Jean-Michel Delile p. 37-56 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Il apparaît que dans la grande majorité des cas, les auteurs des récents attentats terroristes ne présentent pas de troubles mentaux caractérisés. Les facteurs de causalité sont multiples et divers : neurobiologiques, psychologiques, socioculturels, familiaux, situationnels. Aucun n'est nécessaire ni suffisant. La plupart des auteurs d'attentats en France et en Belgique sont originaires de ces pays et ont souvent grandi dans des familles chaotiques et dans des milieux ou des quartiers précarisés et stigmatisés. Ces vulnérabilités sont des facteurs de risque pour des troubles des conduites telles que la violence, la délinquance ou les conduites addictives. Elles peuvent également contribuer à favoriser des processus de radicalisation violente dans une dynamique de fusion identitaire avec une communauté fictive et victimisée que l'on va tenter de sauver en détruisant ses ennemis jusqu'au sacrifice. Une meilleure compréhension de ces processus complexes peut permettre de dégager des pistes pour leur prévention.
    Violent Radicalization, Families and Mental Health
    It appears that in the vast majority of cases, the perpetrators of the recent terrorist attacks do not present any characterized mental disorder. The causal factors are many and diverse: neurobiological, psychological, socio-cultural, familial, situational. None are necessary or sufficient. Most perpetrators of attacks in France and Belgium come from these countries and have often grown up in chaotic families and in precarious and stigmatized neighborhoods or districts. These vulnerabilities are risk factors for conduct disorders such as violence, delinquency or addictive behavior. They can also help to foster processes of violent radicalization in a dynamic of identity fusion with a fictional and victimized community that we will try to save by destroying our enemies until sacrifice. A better understanding of these complex processes can help identify ways to prevent them.
  • De la radicalisation comme symptôme d'un impossible à porter - Imen Tewa p. 57-65 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Ce travail est issu d'une recherche menée au sein d'une équipe mobile d'intervention qui accompagne des jeunes mineurs en voie de radicalisation en France. À partir d'entretiens d'inspiration psychanalytique, nous tâchons d'étudier la dynamique familiale d'un adolescent signalé pour radicalisation en nous appuyant sur son histoire intergénérationnelle et notamment son appartenance Harki.
    Radicalization as a symptom of an impossible to bear
    This work is the result of research conducted within a mobile intervention team that supports young miners in the process of radicalization in France. Based on psychoanalytically inspired interviews, we try to study the family dynamics of a teenager reported for radicalization, based on his intergenerational history, particularly his Harki affiliation.
  • Professionnels de la jeunesse et de la famille, les « radicalisations » questionnent nos pratiques - Jean-Claude Métraux p. 67-84 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    S'appuyant sur des recherches européennes (France, Allemagne, Suisse) en matière de radicalisations, ainsi que sur des biographies de djihadistes, l'auteur cherche à montrer que lesdites « radicalisations » trouvent leur origine dans un écartèlement entre deux mondes, qu'il qualifie de double marginalisation, tant chez les « radicalisés » migrants que chez les autochtones convertis. Fort de ce constat, il discute ensuite la responsabilité des professionnels de la jeunesse et de la famille et propose une alternative préventive et thérapeutique. Il conclut par une critique du concept d'extrémisme et place celui de « radicalisation » entre guillemets.
    “Radicalizations” question Youth and Family Professionals
    Based on European research (France, Germany, Switzerland) on radicalization and jihadists' biographies, the author demonstrates that so-called “radicalizations” are grounded in a split between two worlds. He defines it as “double marginalization”, as much for “radicalized” migrants as for converted autochthones. Acknowledging this, he discuses the responsibility of youth and family services and present a therapeutic and preventive alternative. He concludes with a critic of the concept of extremism and puts “radicalization” between quotation marks.
  • La famille face à la radicalisation d'un de ses membres - Jean-Claude Maes p. 85-105 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    L'emprise est un phénomène naturel permettant que certaines personnes sacrifient leur intérêt individuel au profit du groupe. Elle peut être détournée au profit égoïste d'un pervers, d'un gourou, etc. Les familles des « adeptes » se trouvent alors confrontées à une situation où le bon sens est offensé et où la prévention exige un positionnement stratégique inusité. Dans cet article, ce modèle est appliqué à la problématique de la radicalisation.
    The family in front of the radicalization of one of its members
    Influence is a natural phenomenon that allows some people to sacrifice their individual interest for the benefit of the group. It can be hijacked to the selfish profit of a pervert, a guru, etc. The families of the “followers” are then confronted with a situation where common sense is offended and where prevention requires an unusual strategic positioning. In this article, this model is applied to the problem of radicalization.
  • L'adolescence entre radicalité et radicalisation - Danièle Epstein p. 107-119 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Comment prendre en charge un jeune, sans foi ni loi, dans le cadre d'une mesure judiciaire, afin que sa radicalité adolescente ne glisse pas vers une radicalisation de sa violence habillée d'une idéologie de la terreur ? Qu'en est-il de ces enfants fragilisés par l'exil de leurs parents qui ont échoué à s'inscrire dans un monde qui ne les attend pas ? Ce qui n'a pu faire passage est devenu clivage pour ces enfants qui se noient entre deux cultures, sans pouvoir se raccrocher à aucune. Tisser l'identité de ces adolescents « en éclats », et rassembler les éclats en un récit de vie, peut leur permettre de sortir de leur enfermement psychique. Au carrefour des tumultes de leur histoire et de l'Histoire collective, les relier au fil des générations peut éviter qu'ils ne s'en remettent à une identification de masse, autour d'une origine mythique et plaquée.
    Adolescence between radicalism and radicalization
    How to take charge of a young person, without faith or law, as part of a judicial measure, so that his teenage radicalism does not slip into a radicalization of his violence dressed with an ideology of terror? What about these children weakened by the exile of their parents who have failed to enroll in a world that does not expect them? What has not been able to pass has become a cleavage for these children who are drowning between two cultures, without being able to hold on to any of them. To weave the identity of these adolescents “in fragments”, and to gather the fragments in a story of life, can allow them to leave their psychic confinement. At the crossroads of the tumults of their history and collective history, connecting them over generations can prevent them from relying on a mass identification, around a mythical and clinging origin.
  • De la radicalisation violente à la reconstruction du lien. L'accompagnement thérapeutique de Jeanne et de sa famille - Sébastien Dupont, Julie Rolling, Rabhia Senouci, Guillaume Corduan p. 121-138 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Nous présentons dans cet article une étude de cas portant sur l'accompagnement thérapeutique d'une jeune femme radicalisée (Jeanne, dix-huit ans) et de sa famille. Cette prise en charge illustre le fonctionnement de notre dispositif, le Réseau VIRAGE (Violence des Idées, Ressources et Accompagnement en Grand Est), porté par la Maison des Adolescents de Strasbourg. Nous développons en détail l'accompagnement de Jeanne et de sa famille : le parcours de la jeune femme, nos hypothèses de travail (qu'elles portent sur le fonctionnement psychologique de Jeanne, sur la qualité des liens d'attachement dans la famille ou sur la dynamique intergénérationnelle), les prises en charge mises en place et l'évolution clinique générale. Cette monographie montre la nécessité d'une approche pluridisciplinaire de la radicalisation et l'importance d'intégrer la thérapie familiale à la prise en charge des jeunes concernés par ce phénomène.
    From violent radicalization to the reconstruction of family bonds. The therapeutic approach of Jeanne and her familyIn this article, we present a single case study of the therapeutic follow-up of Jeanne, a 18 years old radicalized woman, and her family. This therapy illustrates the methods used by the VIRAGE network (Violence of Ideas, Resources and Support in “Grand East” of France), which is led by the multidisciplinary team of Strasbourg's « House of Teenagers », a primary care centre for any adolescent issues (11-25 years). We develop in detail Jeanne's and her family‘s therapy over a one-year period: her personal and family background, early childhood and adolescent life events, our working hypothesis (regarding Jeanne's psychological functioning, the quality of attachment patterns within the family, the intergenerational dynamics), the different therapeutic set-ups and finally the general clinical outcome. This case study emphasizes the need for a multidisciplinary approach of the radicalization issue, and the importance of family therapy in managing young people affected by this phenomenon.
  • L'adolescence sous l'emprise de Daesh - Serge Hefez p. 139-150 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Les jeunes Français ont été très nombreux à se radicaliser et à faire allégeance à l'État islamique. Ces jeunes gens sous emprise, élevés dans les réseaux sociaux, baignés de réalité virtuelle, n'hésitent pas à passer à l'acte pour vivre un idéal et ne plus se contenter de le rêver. La grande majorité d'entre eux a entre 15 et 25 ans. Pour le reste, tout les distingue : leurs origines, leur milieu social, leur religion, leur culture, leur niveau d'études, leur caractère et leur parcours individuel... Pourtant, aussi différents soient-ils, ils ont en commun de succomber aux sirènes de la propagande de Daesh et de s'engager à ses côtés, adhérant sans réserve à une idéologie au nom de laquelle certains vont jusqu'à commettre des actes meurtriers contre leur pays et ceux qui pourraient être leur famille, leurs amis et leurs pairs. Quand le jeune embrigadé a tiré un trait sur sa famille pour se tourner vers une famille de substitution, quand il a remplacé la raison par le mimétisme et la répétition, quand c'est le groupe qui pense à sa place, quand il ne ressent plus rien pour personne, quand il veut tuer et mourir, comment le remobiliser en tant qu'individu ?
    Adolescence under the influence of Daesh
    Many young French radicalized themselves and make allegiance to the Islamic State. These young people under the influence, raised in social networks, bathed in virtual reality, do not hesitate to act to live an ideal and not just dreaming. The vast majority of them are between 15 and 25 years old. For the rest, everything distinguishes them: their origins, social background, religion, culture, level of education, character and their individual path ... However, as different as they are, they have in common to succumb to the sirens of Daesh propaganda and to engage with it, adhering wholeheartedly to an ideology in the name of which some go so far as to commit murderous acts against their country and those who might be their family, friends and peers. When the young person has drawn a line on his family to turn to a substitute family, when he replaced reason with mimicry and repetition, when the group thinks in its place, when it does not feel any more nothing for anyone, when he wants to kill and die, how to remobilize him as an individual?
  • Adolescents radicalisés à l'islam djihadiste : coupables de leur radicalisation ou victimes de leur adolescence ? - Margaux Bonte, Alexandre Dachet, Isabelle Duret p. 151-163 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Dans cet article nous nous intéressons au phénomène de radicalisation et tentons de comprendre pourquoi les adolescents sont le public cible le plus concerné par la radicalisation djihadiste.En nous basant sur une méthodologie de type inductive (Grounded Theory Method) et sur des entretiens réalisés avec des jeunes radicalisés, parents et professionnels, nous avons réalisé une recherche dont l'objectif est d'apporter des éléments de réponses à cette question. Les résultats de celle-ci rendent compte de la radicalisation comme d'une tentative de trouver des solutions à différentes problématiques que peut rencontrer un adolescent au 21e siècle.La stigmatisation, un mythe d'auto-engendrement intégré et véhiculé par la société, des parents qui s'effacent ou encore une diminution des possibles liens d'appartenance autour de l'adolescent semblent compter parmi les facteurs auxquels certains jeunes fragilisés par la vie sont confrontés. L'offre djihadiste à laquelle il/elle serait exposé(e) par hasard pourrait alors prendre place comme solution radicale au mal-être de celui ou celle qui se sentirait en danger dans son sentiment d'exister.
    Teenagers radicalized to jihadist Islam: guilty of their radicalization or victims of their adolescence?In this article we focus on the phenomenon of radicalization and try to understand why adolescents are the target audience most concerned by jihadist radicalization.Based on an inductive methodology (Grounded Theory Method) and interviews with radicalized youths, parents and professionals, we conducted research with the objective of providing some answers to this question. This research has found that radicalization is an attempt to find solutions to various problems that a teenager may encounter in the 21st century.Stigmatization, a myth of self-engendering embedded in society, disinterested parents or a decrease in the possible bonds of belonging around the teenager, seem to feature among the factors which some vulnerable young people are facing. The jihadist way to which he/she could be exposed by accident could then become a radical solution to the ill-being of the person who feels him/her self in danger in his/her feeling of being alive.
  • Le pacte d'emprise radical : le Djihad, une néoconversion à un néomythe - Pierre Benghozi p. 165-190 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Dans cet article, l'auteur définit la radicalisation islamiste comme un processus de néo-conversion à un néo-mythe idéologiste extrémiste dans une approche anthropologique et psychanalytique du fait religieux et de la fonction identitaire des liens de croyance.Il n'y a pas de profil type de radicalisé, mais... il y a des vulnérabilités de l'inscription identitaire en héritage de la transmission généalogique de la honte familiale et communautaire dans les liens de filiation et d'affiliation, qui se révèlent en particulier à l'adolescence.En référence à sa conceptualisation du maillage, démaillage et remaillage des liens, l'auteur définit le pacte d'emprise radical comme la tentative de re-maillage trompe le vide réciproque des contenants identitaires familiaux et communautaires troués ou déchirés et du contenant Daesh.
    The radical impact pact: the Djihad, a neoconversion to a neomythe
    In this article, the author defines Islamist radicalization as a process of neo-conversion to an extremist ideological neo-myth in an anthropological and psychoanalytic approach to the religious fact and to the identity function of the links of belief.There is no typical profile of radicalized, but ... there are vulnerabilities of the identity inscription in inheritance of the genealogical transmission of the family and community shame in the links of filiation and affiliation, which are revealed in especially in adolescence.In reference to his conceptualization of meshing, unraveling and remeshing of the links, the author defines the pact of radical hold as the attempt to re-mesh deceives the reciprocal void of the family and community identity containers holes or torn and the container Daesh.
  • Radicalisation, la touche ALT : Alliance, Lien et Trahison - Tayeb Tim Stroobandt p. 191-205 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    L'auteur présente le phénomène de la radicalisation comme une pathologie du contenant. Dans le contexte d'évolution des jeunes belges de seconde génération, issus de l'immigration maghrébine, pris dans deux doubles contraintes, la menace d'une blessure narcissique impose une reconstruction, une désorganisation et une réorganisation des groupes d'appartenance. Là où la famille et la société échouent à fournir un lieu d'étayage suffisamment contenant, le groupe « radicaliste » offre au sujet un prêt-à-porter identitaire pour réduire son incertitude personnelle. La séparation avec les anciennes appartenances ne se fait pas sans violence envers eux-mêmes et envers leurs proches. Pour faire l'économie de la séparation, les jeunes « radicalisés » se débarrassent de leurs objets internes responsables du risque de blessure narcissique et les projettent dans un objet externe.
    Radicalization, the touch ALB: Alliance, Link and Betrayal
    The author presents the phenomenon of radicalization as a pathology of the container. In the context of the evolution of young Belgians second-generation from Maghreb immigration, caught in two twofold constraints, the threat of a narcissistic injury imposes reconstruction, disorganization and reorganization of the groups of belonging. Where the family and society fail to provide a sufficient shoring space, the “radical” group provides the subject with a ready-to-wear identity that allows him to reduce his personal uncertainty. The separation from the old belongings is not done without violence made to themselves and their relatives. In order to make the economy of separation, the “radicalized” young people get rid of their internal objects responsible for the risk of narcissistic injury and project them into an external object.