Contenu du sommaire : Des radicalisations aux rêves communs

Revue Pensée Plurielle Mir@bel
Numéro no 51, 2020
Titre du numéro Des radicalisations aux rêves communs
Texte intégral en ligne Accès réservé
  • Éditorial. Des radicalisations aux rêves communs - Patrice Braconnier, David Puaud p. 7-11 accès libre
  • Partie I. Radicalisation : définitions, compréhension, imaginaire

    • Radicalisation et travail social : L'embarras des chercheurs et des professionnels - Daniel Verba p. 13-27 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Depuis près de 20 ans, la notion de radicalisation a imposé aux travailleurs sociaux un nouveau vocabulaire dans le champ sémantique de l'action sociale. Poussés par les pouvoirs publics à exercer une surveillance accrue sur les jeunes pour identifier les éventuels signes de radicalité, les professionnels oscillent entre une légitime préoccupation et une prudence éthique afin de ne pas dévoyer leurs missions de protection de l'enfance.
      For almost 20 years the notion of radicalization has imposed a new vocabulary on social workers in the semantic field of social care. Pushed by public authorities to keep a closer watch on young people to identify possible signs of radicalization, professionals are swinging between legitimate concern and ethical caution in order not to deviate from their child protection missions.
    • Pour une définition relationnelle des radicalités - Romain Bertrand p. 29-39 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Depuis 2001 et en particulier depuis 2012 en France, la notion de « radicalisation » a pris une grande place à la fois dans la recherche en sciences humaines et dans le débat public. Dans le même temps, les nombreuses tentatives de définition mettent en lumière ses failles et ses paradoxes au point qu'il est devenu difficile de travailler sur cette thématique sans en désavouer préalablement les termes. Le présent article propose de traiter la question de la définition de la « radicalisation » à partir des logiques de désignation des « radicalisés » par leur environnement. Sur la base de situations accompagnées par un dispositif de prévention de la radicalisation, il enjoint à comprendre la « radicalisation » comme un loci de l'expérience dans l'optique d'une anthropologie politique du sensible.
      Since 2001, and 2012 in France, “radicalisation” became a central notion both in researches in humanities and social sciences, and in the public space. At the same time, numerous attempts to define it have highlighted its shortcomings and paradoxes to such an extent that it has become difficult to work on this topic without first disavowing the terms. This article proposes to address the issue of defining “radicalization” on the basis of the logics of designation of “radicalized” people. Based on cases supported by a prevention program, it calls for an interpretation of “radicalization” as a loci for social experience in the perspective of a political anthropology of the sensible.
    • L'intervention sociale face à l'impératif sécuritaire : Système de défiance et colonisation du monde vécu - Bruno Michon p. 41-56 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      L'auteur interroge les effets de la politique publique de lutte et de prévention contre la radicalisation dans le secteur de l'intervention sociale. Suite au discours d'Emmanuel Macron appelant à lutter contre le « séparatisme islamiste », l'auteur s'attache à comprendre les difficultés d'une politique faisant dialoguer grammaire sécuritaire et grammaire sociale. À partir d'une enquête de terrain de quatre ans s'appuyant sur la méthode de la participation observante et sur des entretiens semi-directifs, l'auteur propose une analyse du système de défiance généralisée générée par cette politique. La colonisation du travail social par la grammaire sécuritaire empêche les professionnels de l'intervention sociale d'accomplir leur mission. Pour conclure, l'auteur propose un changement de paradigme à partir du concept de « prévention des polarisations ».
      The author questions public policy effects on prevention of radicalization in the area of social intervention. Following Emmanuel Macron's speech calling for the fight against “Islamist separatism”, the author attempts to understand the difficulties of a politic that brings together security and social grammar. Based on a four-year field survey using the method of observant participation and semi-structured interviews, the author proposes an analysis of the system of generalized mistrust generated by this politic. The colonization of social work by security grammar prevents social workers from accomplishing their mission. To conclude, the author proposes a paradigm shift based on the concept of “polarization prevention”.
    • Pinocchio ou la question du départ : coordonnées locales du passage à l'acte violent des jeunes dits radicalisés - Gilles Garcia p. 57-67 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Œil de pin, bois de chauffe doué de la parole. Le Pinocchio de Collodi (1883), conte la « course-pour-la-mort », la séduction des liens adulte/enfant et une forme de fraternité dans l'ânerie qui nous intéresse particulièrement chez ces jeunes qui partent, que le voyage soit réel ou virtuel, soit une dimension structurale propre à l'adolescence de quitter un corps, un lieu, un idéal. Et si ce corps est à quitter, c'est parce que l'anatomie fait toujours destin. En ce sens le repli identitaire s'articule avec la clinique de l'identification. Geppetto représente ce père à la fois sourd et aimant. Cette déconnaissance à l'égard des siens n'est pas seulement l'épiphénomène d'un échec familial, mais surtout la marque d'un acte réussi d'en être enfin… et ce pour un temps relativement court. Il faut donc s'attarder sur leur façon de vivre leur vie pour qu'elle en vaille la peine. Une vie avant la mort !
      Pine knot, firewood gifted with speech. Collodi's Pinocchio (1883) tells the tale of the “race-for-the-death”, the seduction between adult & child and a kind of brotherhood in the jackassery that interests us particularly among these young people who leave. Besides even if the journey is real or virtual it means a structural dimension specific to adolescence to leave a body, a place, an ideal. And if this body is to quit, maybe it's because anatomy is still destiny. In this way, the withdrawal of identity is articulated with the clinic of identification. Geppetto represents this deaf and loving father. This misknowledge inside the family is not only the epiphenomenon of a collapse but also the mark of a successful act, the tragic success of being part of it/of them… and this for a very short time. That's why we cannot missed to linger over the way their lives matter. A life before death!
    • Entre engagement et désengagement : les signes complexes de la radicalisation - David Puaud p. 69-80 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Cet article tend à analyser deux problématiques : quel est le cheminement qui amène un homme ou une femme à devenir adepte d'une idéologie radicale les conduisant à commettre un acte de brutalités extrémiste ? Comment savoir quand un sujet se désengage d'une projection individuelle à passer à un acte brutal ? Pour cela, l'auteur propose une analyse comparative de la temporalité biographique de deux terroristes : Stéphane Balliet l'auteur de l'attentat de Halle en Allemagne le 9 octobre 2019 qui fit deux morts et deux blessés et Mickael Harpon, responsable de la tuerie au sein de la préfecture de police de Paris. Il propose ensuite une analyse du processus de désengagement du passage à l'acte violent de personnes placées sous main de justice pour des faits de radicalisation à partir d'un travail de terrain mené au sein du centre expérimental Recherche et intervention sur les violences extrémistes (RIVE).
      This article aims to analyze two problems: what is the path that leads a man or a woman to become a follower of a radical ideology leading them to commit an act of extremist brutality? How do you know when a subject is disengaging from an individual projection into a brutal act? For this, the author offers a comparative analysis of the biographical temporality of two terrorists: Stéphane Balliet the author of the attack in Halle in Germany on October 9, 2019 which left two dead and two injured and Mickael Harpon, responsible for the massacre in within the prefecture of Paris. It then offers an analysis of the process of disengagement from the passage to violent acts of people placed under the principal of justice for acts of radicalization from field work carried out within the experimental center: Research and Intervention on Extremist violence (RIVE).
  • Partie II. Stratégies de civilité et rêves communs

    • Se fabriquer une visibilité sur la scène publique en tant que femmes : L'éducation populaire politique en action - Léa Sallenave p. 81-95 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Cet article propose d'analyser les stratégies spatiales de plusieurs femmes musulmanes, se définissant comme « libres et voilées », militant dans une association d'éducation populaire politique. Dans un contexte sans cesse renouvelé de « lutte pour des places » (Lussault, 2007), elles mobilisent des ressources spatiales pour accroître une visibilité qui leur est souvent soit déniée, soit imposée par des « cadres normatifs majoritaires » (Chassain et al., 2016). Minorisées, elles permettent pourtant un « travail du commun » (Nicolas-Le Strat, 2016) en menant une lutte politique. Leur engagement avec et dans l'espace public ouvre des perspectives pour réfléchir plus globalement aux conditions de la construction du commun, sans évacuer l'approche agonistique.
      This article proposes to analyze the spatial strategies of several Muslim women, defining themselves as “free and veiled”, activists in a political popular education association. In an ever-renewed context of “struggle for places” (Lussault, 2007), they mobilize spatial resources to increase their visibility, which is often either denied or imposed by “majority normative frameworks” (Chassain et al., 2016). Although they are in the minority, they nevertheless enable “common work” (Nicolas-Le Strat, 2016) to be carried out by leading a political struggle. Their engagement with and in the public space opens up perspectives for thinking more globally about the conditions of the construction of the common, without evacuating the agonistic approach.
    • Plus Jamais ça : Intervention dans les familles au prise avec les radicalisations violentes - Delphine Rideau p. 97-107 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      L'auteure présente une expérience professionnelle construite en équipe interdisciplinaire et en réseau d'acteurs de santé publique et de cohésion sociale. Elle pose dans un premier temps la question du pluriel des radicalisations violentes et du risque contreproductif de n'en traiter qu'une, dans un contexte de plus en plus fort de polarisation sociale. Ce contexte de polarisation de la société n'épargne pas les familles et communautés au sens large et peut lui-même produire des radicalisations. Il n'épargne pas non plus les professionnels et institutions, et plus largement l'ensemble des acteurs de la société. Pour tenter de répondre à cette problématique, l'auteure soumet un dispositif de co-intervention entre familles et professionnels au regard extérieur, et l'interroge en tant que dispositif de résilience collective.
      The author provides a professional experience built in a cross-disciplinary team along with a network of partners and consultants in public health and social cohesion. She first addresses the issue of the plurality of violent radicalizations and sheds light upon how risky and counterproductive it would be to deal with only one of them due to a context of soaring social polarization. This very context of polarization does not spare families and wider society : it can even result in radicalizations. He does not even spare professionals and institutions, basically the whole society. In order to address the issue, the author submits measures of co-interventions between families and experts to an outside opinion, then examines it as a measure of collective resilience.
    • Écouter les jeunes dans leur rapport au monde pour développer la pensée critique : Une recherche-intervention menée entre 2014 et 2017 dans plusieurs quartiers populaires urbains, en dialogue avec des responsables du CGET - Joëlle Bordet p. 109-118 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Cet article est écrit en référence aux résultats de la recherche-intervention « Écouter les jeunes des quartiers populaires pour renforcer l'esprit critique » et aux travaux actuels de mise en place d'ateliers pour renforcer la pensée critique des jeunes et créer de nouvelles compétences des professionnels. Ce travail collaboratif qui a associé des professionnels de l'intervention éducative auprès des jeunes, des élus et des cadres stratégiques de six municipalités en France a débuté en 2014 lors des premiers départs de jeunes à Daesch. Pour ne pas s'enfermer dans l'approche par le risque de la radicalisation, ce collectif a souhaité écouter les jeunes des quartiers populaires dans leur diversité, dans leur rapport au monde. En référence aux résultats des enquêtes menées auprès de trois cents jeunes et à la diffusion de leurs analyses, nous développons de nouvelles pédagogies pour renforcer la pensée critique. Cet article témoigne de ce travail et souligne des évolutions des jeunes entre seize et vingt-cinq ans dans leur rapport au monde, à la République française, à eux-mêmes, à prendre en compte pour les accompagner au plan éducatif.
      This paper is based on the results of the research-action programme listening to young people in deprived areas to enhance critical thinking. It is also based on the current research who aims at setting up workshops as a tool for the reinforcement of critical thinking among young people and to create new competences for professional social and care workers. The collaborative programme involved professional workers in charge of educational interventions aimed at young people, elected representatives and strategic managing staff of six municipalities in France. It began in 2014 due to the first young people's departurer for Daesch. So to avoid getting caught up in a radicalization risk approach, this collective opted for listening to young people from popular districts with a focus on the diversity to their relationship to the world. Based on the results of these survey analyses of three hundred young people, and on the dissemination of theses survey analyses, we develop new pedagogies aiming at the stimulation of critical thinking. This paper is a testimony to the work carried out by the programme. It also highlights the evolutions of young people of between 16 and 25, concerning their relationship to the world, to the French republic and to themselves. These evolutions should be taken into account by any future educational support programme.
    • Stratégies de civilité et individuation – émancipation - Myriam Boyer, Patrice Braconnier, David Puaud p. 119-131 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      En 2016, le Pôle de recherche de l'IRTS Poitou-Charentes a réalisé une Recherche-Action-Formation (RAF) « Radicalisation et vivre ensemble » pour la Fédération régionale des Maisons des jeunes et de la culture. Les attentats de 2015 ont été particulièrement déstabilisants pour les professionnels de l'animation socioculturels. Dans le cadre de cette RAF, il s'agissait d'élaborer ensemble une réflexion autour de cette toile de fond collective. Un débat s'est rapidement instauré avec des animateurs socioculturels sur la mission d'éducation populaire des MJC. La question de la radicalisation leur apparaissait comme une réduction de cette mission et des valeurs dont elle est porteuse. Pour cet exercice d'évaluation de leurs activités dans ce sens, un cadre d'analyse leur a été proposé : le processus d'individuation au sens de Carl Gustav Jung. Ainsi s'est posée la question de la prise de conscience individuelle et collective et du processus de transmission des valeurs de l'Éducation populaire.
      In 2016, the research centre of the IRTS Poitou-Charentes undertook a Research-Action-Training “Radicalization and living together” for the Regional Federation of Youth and Cultural Centres. The 2015 terrorist attacks were especially disruptive for socio-cultural animation workers. Within the framework of this RAT, the goal was to develop together around this community background. A debate was quickly established with socio-cultural animation workers about the MJC's mission of popular education. They viewed the matter of the radicalisation as a reduction of this mission and the values it bears. For this assessment of their activities related to that, they were provided with a framework of analysis: the individuation process as defined by Carl Gustav Jung. From this framework arose the matter of the individual and collective realisation and the transmission popular education's values.
  • Varia

    • Chronique d'une Recherche Action Collaborative avec une association de soutien aux personnes exerçant le travail du sexe : enjeux conceptuels, méthodologiques et éthiques - Jenny Ros, Stéphane Rullac p. 133-147 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Cette chronique vise à documenter et à analyser la phase de construction d'une Recherche Action Collaborative réalisée avec une association de soutien aux personnes exerçant le travail du sexe en Suisse. L'analyse s'articule autour d'enjeux conceptuels (construire de la connaissance avec des partenaires de terrain, à savoir les professionnel·le·s du travail social et les bénéficiaires), méthodologiques (créer des partenariats) et éthiques (favoriser la participation de toutes les personnes concernées). Nous montrons à quelles difficultés et obstacles les chercheurs et chercheuses sont confronté·e·s, dans l'objectif de contribuer au développement de ce type de recherche au service du champ professionnel du travail social.
      This chronicle aims to document and analyse the construction phase of a Collaborative Action Research carried out with an association supporting sex workers in Switzerland. The analysis focuses on conceptual issues (building knowledge with partners in the field, i.e. social work professionals and beneficiaries), methodological issues (creating partnerships) and ethical issues (promoting the participation of all those concerned). We show the difficulties and obstacles researchers face in order to contribute to the development of this type of research in the service of the professional field of social work.