Contenu du sommaire

Revue Sciences Sociales et Santé Mir@bel
Numéro vol. 40, no 2, juin 2022
Texte intégral en ligne Accès réservé
  • « Est-ce que tu ferais ça à ta mère ? » Délibération, standardisation et décision médicale en réunion de concertation pluridisciplinaire de cancérologie - Benjamin Derbez, Meoïn Hagège p. 5-29 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
    Délibération et décision sont communément considérées comme des processus conjoints dans l'action rationnelle. En cancérologie, ce lien s'est traduit par l'institutionnalisation des réunions de concertation pluridisciplinaires (RCP) comme support collectif de la décision médicale. Pourtant, dans un contexte de forte standardisation des prises en charges, caractéristique de l'evidence-based medicine, dans quelle mesure peut-on considérer les RCP comme des lieux de débats à l'issue desquels des décisions sont prises ? En prenant appui sur des observations de RCP issues de différentes enquêtes ethnographiques, cet article montre que la conformité des décisions aux recommandations et leur collégialité peuvent varier fortement selon les contextes. La persistance d'une forme d'autonomie clinique des praticiens fait alors apparaître la délibération et la décision comme des processus polymorphes et distribués qui permettent aux RCP d'être investies de fonctions plurielles.
    Deliberation and decision are commonly considered to be joint processes in rational action, as in legitimate collegial decision-making in medicine. In oncology, this relationship is reflected in the institutionalization of multidisciplinary consultation meetings (Réunions de concertation pluridisciplinaires RCP) as a tool for medical decision-making. However, in a context of strong standardization of treatment, typical of evidence-based medicine, to what extent can RCPs be considered as a place for debate and decision-making? Based on observations of RCPs from various ethnographic fieldwork, this article shows that the conformity of decisions to recommendations and their collegiality can vary greatly depending on the context. The persistence of a form of clinical autonomy on the part of practitioners makes deliberation and decision appear to be reticulated and distributed processes that allow RCPs to be invested with varying uses and functions.
  • Avis ou décision de la Réunion de Concertation Pluridisciplinaire ? : Commentaire - Fadila Farsi p. 31-36 accès réservé
  • Le consentement en train de se faire : (dés)accords entre enfants et soignant·e·s et micro-consentement en cardiologie pédiatrique - Carla Vaucher p. 37-60 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Le consentement des enfants dans le cadre de leur prise en charge médicale et hospitalière soulève des enjeux éthiques et des difficultés pratiques, liés à des ambiguïtés juridiques, aux représentations des enfants en vigueur dans nos sociétés, à la tension entre rythme individuel et temporalité de la clinique, ou encore aux résistances exprimées par les enfants lors de gestes soignants quotidiens. Issu d'une recherche portant sur l'expérience d'enfants béninois et togolais souffrant de malformations cardiaques congénitales et pris en charge par un programme de médecine humanitaire en Suisse, cet article vise à mettre en évidence des formes de consentement silencieuses, discrètes, graduelles et collectives qui passent souvent inaperçues dans les discours et débats éthiques entourant le concept de consentement. À partir d'observations ethnographiques au sein de différents services de pédiatrie générale et d'unités de cardiologie pédiatrique, l'article explore la manière dont les soignant·e·s et les enfants négocient et se mettent d'accord sur la tenue et les modalités de réalisation des soins et examens. En prêtant attention au consentement en train de se faire, cet article propose une conception alternative du consentement qui intègre les médiations matérielles et humaines ainsi que la notion de micro-consentement, se traduisant par un enchaînement discret et graduel d'accords se jouant sur les registres– verbal, corporel, matériel et temporel lors de situations routinières. Les données documentent l'important travail postural, corporel, émotionnel et de médiation qui est accompli par les enfants et les soignant·e·s dans des situations de soins rares du fait de l'absence d'un tiers parental.
    In the context of the medical and hospital care of children, consent raises ethical issues and practical difficulties, related to legal ambiguities, to current representations of children in our societies, to tensions between individual and clinical rhythms, or to the resistances displayed by children during daily care gestures. As part of a research focused on the experience of Beninese and Togolese children suffering from congenital heart defects and cared for by a humanitarian medicine program in Switzerland, this article aims to highlight the silent, discreet, gradual and collective forms of consent that often go unnoticed in discourses and ethical debates surrounding the concept of consent. Based on ethnographic observations in various general pediatric departments and pediatric cardiology units, the article explores how health staff and children negotiate and agree on the modalities of carrying out examinations and care. By paying attention to consent in the making, this article proposes an alternative conception of consent which integrates material and human mediations as well as the notion of micro-consent, resulting in a sequence of discreet and gradual agreements involving verbal, bodily, material, and temporal registers in routine situations. The data documents the important positioning, bodily, emotional and mediation work that is carried out by children and health staff in uncommon care situations due to the absence of a parental third party.
  • La sociologie de la médecine méconnaît-elle l'enfance ? : Commentaire - Sarra Mougel p. 61-70 accès réservé
  • Devenir « joueur compulsif » : analyse sociologique du récit de vie d'un membre des Joueurs Anonymes - Aymeric Brody p. 71-94 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
    Suivant une approche sociologique compréhensive, cet article étudie le processus par lequel une personne ayant des problèmes d'addiction aux jeux d'argent en vient à se définir comme un joueur compulsif et à accepter la maladie dont il se dit atteint. Pour ce faire, nous avons mené une enquête de terrain et une série d'entretiens approfondis avec les membres d'un groupe de Joueurs Anonymes bruxellois se réunissant régulièrement pour parler de leurs problèmes de jeu, se soutenir mutuellement dans leur perspective d'abstinence, et apprendre à vivre avec cette maladie qu'ils perçoivent comme progressive et permanente. Pour comprendre le sens de cette démarche de rétablissement et la façon dont les membres se l'approprient, nous nous sommes appuyés sur les documents de travail qu'ils utilisent lors de leurs réunions, puis focalisés sur le récit de vie de l'un d'entre eux. Chemin faisant, nous avons observé que ce récit, tel qu'il est construit par le joueur, se fonde sur une conception de la maladie cohérente avec celle du groupe, qui fonctionne a posteriori comme une trame narrative lui permettant de raconter sa trajectoire à l'intérieur du jeu et de penser la façon dont il pourrait se rétablir. En remontant le fil de son récit jusqu'à son initiation au jeu, nous avons alors cherché à saisir ce qui, de son point de vue, a pu le conduire à « devenir compulsif », inscrivant rétrospectivement son parcours en tant que joueur dans une « carrière déviante » (au sens de Becker) dont il aimerait pouvoir sortir.
    Following a comprehensive sociological approach, this article proposes to study the process by which a person with gambling addiction problems comes to define himself as a « compulsive gambler » and to accept the « illness » he claims to « suffer from ». To do this, we conducted a field survey and a series of in-depth interviews with members of a group of Gamblers Anonymous in Brussels who meet regularly to talk about their « gambling problem », to support each other in their « abstinence » perspective and to learn to « live with » this illness which they perceive as « progressive » and « permanent ». In order to understand the meaning of this « recovery » process and the way in which the members appropriate it, we first used the working documents they use during their meetings, then focused on the life story of one of them. Along the way, we observed that this story, as constructed by the gambler, is based on a conception of the illness consistent with that of the group, which functions a posteriori as a narrative framework enabling him to recount his trajectory within the game and to think about the way in which he could « recover ». By tracing the thread of his story back to his initiation into gambling, we then sought to grasp what, from his point of view, could have led him to « become compulsive », retrospectively inscribing his path as a gambler in a « deviant career » (as defined by Becker) from which he would like to escape.
  • Le jeu excessif est-il une addiction ? : Commentaire - Jean-Pierre G. Martignoni-Hutin p. 95-104 accès réservé