Contenu du sommaire : Luttes de care. Entre résistances et action collective

Revue Cahiers du genre Mir@bel
Numéro no 72, 2022
Titre du numéro Luttes de care. Entre résistances et action collective
Texte intégral en ligne Accès réservé
  • Dossier. Luttes de care. Entre résistances et action collective

    • Dans l'ombre des rapports sociaux, les pourvoyeuses du care protestent - Aurélie Damamme, Caroline Ibos, Efthymia Makridou p. 5-32 accès libre
    • Prendre soin des jeunes handicapé·es : La voix différente des travailleuses subalternes - Fatma Çıngı Kocadost p. 33-58 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
      L'article examine des formes ordinaires de conflictualité entre femmes, des éducatrices et des soignantes, dans une maison d'accueil pour jeunes polyhandicapé·es où l'autonomisation de ces dernier·ères est au centre du projet socio-éducatif. Attentive aux formes d'expression et d'engagement dans les activités quotidiennes du care, on révèle d'abord que les frictions autour de ces pratiques opposent des visions différentes de la relation de soin avec des personnes dépendantes. Ainsi, aux normes professionnelles mobilisées par les employées diplômées, les femmes subalternes répondent par le langage de la sensibilité à l'égard des besoins d'autrui. Si au cours des interactions de travail, la défense de la voix éthique de ces dernières s'appuie sur un registre plutôt émotionnel, en revanche en l'absence de leurs collègues blanches de classes moyennes-supérieures, elle est pensée et construite à travers un cadre moral résistant à l'injonction d'opposer le care professionnel au care domestique.
      The article examines ordinary forms of conflict between women, educators and care workers, in a home for youth with multiple disabilities where the socio-educational project focuses on the empowerment of youth. With attention to the forms of expression and involvement in daily care activities, we show first of all that tensions around such practices oppose different visions of the care relationship with dependent persons. In contrast to the professional norms articulated by educated female employees, subaltern women use the language of sensitivity to other people's needs. Although in the course of work interactions, the latter's defense of ethics is rooted in a predominantly emotional language, in the absence of their white upper-middle-class colleagues, it is thought out and structured through a moral framework that resists the prescription to put professional care in opposition to domestic care.
    • « Les bonnes, ça n'existe plus ! » : Violences, résistances ordinaires et autodéfense féministe dans l'aide à domicile - Aurélia Léon p. 59-90 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
      Les révélations de maltraitances et de violences dans le monde du care bouleversent les représentations de l'univers du soin à autrui. Mais qu'en est-il des violences subies par des travailleuses de la part de bénéficiaires ? Partant d'une recherche-action ayant réuni une association féministe et un service d'aide et d'accompagnement à domicile, l'article rend compte de données originales tant du point de vue de la situation d'exposition des salariées que de leurs pratiques auto-protectrices. Ce faisant, il témoigne également, dans une perspective pragmatiste, de la pertinence d'un outil d'intervention féministe, l'autodéfense féministe, pour guider le travail de connaissance et de prévention.
      The revelations of abuse and violence in the world of care are upsetting the representations of this world. But what about the violence suffered by female workers at the hands of beneficiaries? Based on an action-research that brought together a feminist association and a home help and support service, the article reports on original data both from the point of view of the employees' exposure situation and their self-protective practices. In doing so, it also demonstrates, from a pragmatic perspective, the relevance of a feminist intervention tool, feminist self-defense, to guide the work of knowledge and prevention.
    • Quand les travailleuses du care résistent au « stigmate de putain » : Enquête auprès de travailleuses domestiques migrantes à Beyrouth - Mira Younes p. 91-118 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
      Cette contribution fait retour sur une recherche réalisée à Beyrouth, autour d'un dispositif de migration temporaire visant à pourvoir un travail domestique au service de particuliers, avec obligation de résidence des travailleuses au foyer employeur. Dans un contexte de coercition au care, l'article s'intéresse au « stigmate de putain » qui fonctionne comme outil de bridage de la mobilité des migrantes et disqualifie les travailleuses qui se soustraient à la disponibilité permanente au foyer. Il décrit la resignification du stigmate par les travailleuses concernées, portant une critique des critères de respectabilité qui affectent les trajectoires des travailleuses du care.
      This contribution discusses a research project carried out in Beirut (Lebanon), which focused on a temporary migration program aimed at providing domestic work for private individuals, with the obligation for the workers to reside in the employing household. In a context of coercion to care work, the article focuses on the "whore stigma" which functions as a tool to limit the mobility of migrant women and disqualifies female workers who fail to be permanently available in the household. It describes the re-signification of the stigma by those concerned, bringing a critique of the criteria of respectability that affects the trajectories of care workers.
    • Coalitions de care en temps de crise sanitaire : Une reconquête morale et politique des quartiers populaires - Alice Daquin p. 119-142 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
      Cet article explore les processus de politisation du care portés par les initiatives d'entraide qui sont nés dans les quartiers populaires pendant la crise du Covid-19. Le concept de « coalition de care » est utilisé pour saisir la mise en réseaux d'acteur⋅rices qui ont pris soin, dans l'urgence, de communautés urbaines vulnérables. La crise sanitaire a donné à ces coalitions l'opportunité de défendre une revalorisation et redistribution du care auprès des responsables politiques, à la fois par la confrontation directe aux institutions, et par la visibilisation du care dans les médias et sur les réseaux sociaux. Cette politisation « par le bas » questionne l'articulation entre initiatives privées et politiques publiques, et elle ouvre des pistes pour un droit à la ville sensible aux dimensions de care.
      This article explores the processes of politicization of care brought about by mutual aid initiatives that emerged in working-class neighborhoods during the Covid-19 crisis. The concept of « care coalition » is used to designate the networking of agents who provide care in vulnerable urban communities in a situation of emergency. The health crisis provides these coalitions with the opportunity to advocate for a revaluation and redistribution of care among political authorities, both through direct confrontation with institutions, and by making care visible in the press and on social media. Such politicization « from below » questions the articulation between private initiatives and public policies, and opens up avenues for a right to the city that takes into account care-related dimensions.
  • Hors-champ

    • Les « méthodes naturelles » de contraception : La construction d'une pratique entre normes de classe et reproduction de genre - Cécile Thomé p. 143-174 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
      Bien que très peu pratiquées, les méthodes de contraception dites « naturelles » suscitent aujourd'hui un intérêt encouragé par les associations les promouvant. Cet article examine le recours contemporain à ces méthodes à partir d'entretiens avec des utilisatrices et en s'appuyant sur l'ethnographie en ligne de sites et forums qui leur sont consacrés. L'examen de leur histoire et de leur implantation dans l'espace social montre que la « nature » qu'elles promettent est en fait réservée à certaines femmes. L'étude de leur place dans le paysage contraceptif français, où elles répondent à une volonté plus générale de certaines femmes de « se libérer des hormones » et de mieux se connaître, mais aussi d'améliorer la répartition de la charge contraceptive dans le couple hétérosexuel, témoigne que cette pratique est très axée sur l'essentialisation du corps féminin et de rôles de genre selon lesquels la femme reste assignée au travail procréatif.
      Although not widely used, there is currently a growing interest in “natural methods” of contraception, which are promoted by some organizations. This article examines current use of these methods through interviews with users as well as an online ethnography of dedicated websites and forums. A historical analysis of natural methods of contraception and how they are implemented in society shows that the promised “nature” is in reality only available to certain women. A study of their status in the French birth control landscape, where they meet a broader desire on the part of some women to “free themselves from hormones” and to get to know themselves better, but also to better balance the contraceptive burden in the heterosexual couple, shows that such practices are strongly based on the essentialization of the female body and gender roles according to which procreative work remains the woman's role.
    • Représentations des violences faites aux femmes dans l'espace public en Tunisie postrévolutionnaire : un enjeu politique de genre - Meryem Sellami p. 175-206 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
      Dès les premières manifestations de la révolution de 2010-2011, les Tunisen·nes investissent l'espace public afin de réclamer leur droit à la dignité. Ayant pris part au processus révolutionnaire dès ses débuts, les femmes continuent encore aujourd'hui à lutter pour l'égalité des sexes dans une société fortement patriarcale. Dans ce contexte postrévolutionnaire, une enquête nationale (la première dans le monde arabe) a été menée entre 2014 et 2016 par une équipe de chercheur·es universitaires en colla-boration avec des organismes internationaux dans l'objectif de rendre compte des différents types de violences qui s'exercent à l'encontre des femmes dans l'espace public en Tunisie. Cet article présente les principaux résultats de cette recherche tout en démontrant que, si les femmes ont trouvé dans le processus révolutionnaire l'occasion de consolider leurs droits, leur présence dans l'espace public n'en demeure pas moins contrôlée par les hommes. Or, la violence, réelle ou appréhendée par les femmes, constitue le levier du contrôle genré des corps.
      Since the very first demonstrations of the 2010-2011 revolution, Tunisian women have taken to the public space to demand their right to dignity. After taking part in the revolutionary process from the beginning, women continue to fight today for gender equality in a society that remains strongly patriarchal. In this post-revolutionary context, a national survey (the first ever in the Arab world) was conducted between 2014 and 2016 by a team of university researchers in collaboration with the Center for Research, Studies, Documentation and Information on Women (CREDIF) and the United Nations Entity for Gender Equality and the Empowerment of Women (UN Women) with the aim of reporting on the different types of violence against women in the public space in Tunisia. This article presents the main results of this research and shows that, although the revolutionary process has given women the opportunity to consolidate their rights, their presence in the public space is still controlled by men. Violence, whether real or perceived by women, is the instrument of gendered control over bodies.
    • La légalisation de la chirurgie de réattribution sexuelle dans la République islamique d'Iran : Un phénomène de techno-sécularisation sectorielle - Bahar Azadi p. 207-232 accès libre avec résumé avec résumé en anglais
      La légalisation de la chirurgie de réattribution sexuelle dans la République islamique d'Iran peut être étudiée comme le résultat d'un processus de sécularisation. Les dimensions régressives du fiqh coexistent avec des idées progressistes sur les problématiques liées à la sexualité. L'analyse du processus de sécularisation à l'œuvre dans le protocole médico-légal de la transition de genre nous amène à caractériser cette sécularisation comme une techno-sécularisation sectorielle et hétérogène. Nous analyserons ce modèle de sécularisation au travers de l'histoire de la modernisation en nous fondant sur les liens qui existent entre la sécularisation et la médicalisation, les droits des femmes, les rapports de genre et la bioéthique islamique.
      The legalization of sex reassignment surgery in the Islamic Republic of Iran can be analyzed as the result of a secularization process. Regressive dimensions of fiqh exist alongside progressive dimensions regarding issues of sexuality. The analysis of the secularization process used in the medico-judicial protocol of the gender transition leads us to characterize this secularization as a sectorial and heterogeneous techno-secularization. This model of secularization will be analyzed through the history of modernization, drawing on the links between secularization and medicalization, women's rights, gender relations and Islamic bioethics.
  • Sur le vif

  • Notes de lecture