Contenu du sommaire : Participations à l'ordre

Revue Participations Mir@bel
Numéro no 29, 2021/1
Titre du numéro Participations à l'ordre
Texte intégral en ligne Accès réservé
  • Dossier : Participations à l'ordre

    • Participations à l'ordre et participations conservatrices - Guillaume Gourgues, Julie Le Mazier p. 7-40 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      La participation à l'ordre désigne la mobilisation de volontaires, non professionnel·les, pour des missions de sécurité ou de défense, qu'elle soit ou non tolérée, approuvée voire initiée par l'État. Loin de remettre en cause les prérogatives de ce dernier, elle est ici étudiée comme une technique de gouvernement. Conçue pour retisser des liens sociaux, moraux ou politiques supposément défaits, en façonnant l'engagement, la « civilité » ou le « civisme », ou encore les sociabilités locales, elle vise à produire de « bons citoyens » ou « bonnes citoyennes ». On interroge finalement la façon dont la participation à l'ordre peut ou non être comprise, selon les contextes dans lesquels elle s'ancre, comme une participation conservatrice, c'est-à-dire contribuant à la reproduction de l'ordre, non pas seulement sécuritaire, mais social et politique.
      “Participation in law and order” refers to the mobilization of volunteers and non-professionals for carrying out security or defense missions, whether or not the public authorities tolerate, approve, or even initiate them. This special issue proposes to study participation in law and order as a governmental technique, far from weakening states' prerogatives. Designed to strengthen supposedly broken social, moral, or political ties, by shaping commitment, “civility,” “civic-mindedness,” or even local sociability, this kind of participation mainly aims to produce “good citizens.” Eventually, we question the way in which participation in law and order can (or cannot) be understood, according to the contexts and its social roots, as a conservative participation, i.e., how it may contribute to the reproduction of the social and political order, beyond public security policies.
    • La sécurité est-elle vraiment « l'affaire de tous » ? Les limites de la participation citoyenne en France dans un domaine typiquement régalien - Virginie Malochet p. 41-71 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      En France, le contexte de lutte antiterroriste est venu conforter l'idée que « la sécurité est l'affaire de tous », y compris de la population. Par-delà les discours officiels, comment les pouvoirs publics se saisissent-ils de la question de l'engagement citoyen dans ce champ d'action supposément régalien ? Cet article apporte quelques éléments de réponse au travers d'exemples qui concernent tant les contributions directes à l'ordre local que la gouvernance des politiques de sécurité. Entre promotion des initiatives institutionnellement labellisées et volonté d'encadrer sinon d'étouffer celles qui ne le sont pas, la mise en politique de la participation citoyenne en ce domaine interroge les évolutions d'un modèle français de sécurité avant tout fondé sur la position dominante de l'État.
      In France, counterterrorism efforts have reinforced the idea that security is everyone's business, including the population. Beyond official speeches, how do the public authorities deal with the issue of citizen engagement in this supposedly sovereign domain ? This article provides some answers through examples that concern both direct contributions to local policing and the governance of security policies. Between the promotion of institutional initiatives and the desire to control or even stifle autonomous actions, the implementation of citizen participation in this field calls into question the evolution of a French security model based on the dominant position of the state.
    • Quand la gendarmerie devient participative : l'engagement des voisin·es dans les réseaux officiels de vigilance en France - Eleonora Elguezabal p. 73-96 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Les dispositifs participatifs de vigilance se développent en France depuis plus d'une décennie par des partenariats entre les mairies et les forces publiques de police, notamment dans les zones sous compétence de la gendarmerie. Faut-il y voir un rapprochement des forces de l'ordre avec la population, une ouverture des polices d'État aux citoyen·nes ? Ou une forme de vigilantisme ? En matière de sécurité, la participation serait-elle du côté des mobilisations conservatrices plutôt que réformatrices ? Grâce à une enquête de terrain, nous nous plaçons du côté des personnes qui se portent volontaires pour comprendre leurs engagements.
      Neighborhood watch schemes have spread in France over the last decade, particularly in rural and peri-urban areas under the jurisdiction of the gendarmerie, through partnerships between local authorities and public police forces. Is this proof of the opening of the police towards the community, or a case of vigilantism ? Regarding crime prevention, are participatory schemes conservative or reformative ? Involvements in neighborhood watch schemes are explored through fieldwork carried out among volunteers.
    • La surveillance a-t-elle une couleur politique ? Cercles de vigilance, capital social et compétition municipale dans des espaces périurbains en France - Matthijs Gardenier p. 97-122 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Depuis 2011 et la circulaire Guéant sur la « participation citoyenne », nous assistons en France au développement des Voisins Vigilants, sur le modèle des neighbourhood watches américaines et britanniques. Le concept est simple : il s'agit d'organiser un réseau de voisin·es qui avertiraient la police lorsque des actes délictueux seraient commis dans leur quartier. Situés principalement dans le périurbain résidentiel, ces cercles cibleraient principalement les cambriolages, dans des quartiers où il y a peu de monde pendant la journée. Les Voisins Vigilants n'auraient pas vocation à intervenir contre des délits, mais à mettre en place une surveillance, matérialisée par le logo du mouvement, un œil grand ouvert sur fond jaune. Au cours d'une enquête de terrain dans sept communautés différentes, nous observons que ces réseaux s'inscrivent dans la perspective de créer un espace social perçu par les participant·es comme sécurisé, pouvant devenir un outil d'affirmation de l'entre-soi. Cette vision partagée sera aussi pour certains acteurs l'occasion d'accumuler un capital social leur permettant de s'intégrer au jeu électoral des localités où se développent ces réseaux de surveillance.
      Since 2011 and the Guéant circular on “citizen participation,” we are witnessing in France the development of “Voisins Vigilants,” modeled on the American and British neighborhood watches. The concept is simple : organizing a network of neighbors who warn the police when criminal acts are committed in their vicinity. Located mainly in suburban areas, these groups intend to target burglaries, in neighborhoods where there are few people during the day. The Voisins Vigilants would not be used to intervene against crimes, but to set up surveillance, as emblematized by the movement's logo, a wide-open eye on a yellow background. During a field survey in seven different communities, we see that these networks share the perspective of creating a social space perceived by the participants as safe, which can become a tool for affirming social segregation. This shared vision will also be an opportunity for some stakeholders to accumulate social capital allowing them to make inroads into the electoral arena in the places where these surveillance networks are located.
    • Démocratiser le fusil. L'imagination composite d'une citoyenneté coercitive en Ouganda - Florence Brisset-Foucault p. 123-156 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Lorsqu'elles prennent le pouvoir en Ouganda en 1986, les nouvelles élites politiques du Mouvement de résistance nationale (NRM) promeuvent un modèle de citoyenneté refondée au nom duquel les citoyen·nes doivent prendre en charge leur sécurité. Cet article reconstitue l'épaisseur sociale et historique des conceptions du civisme et de l'appartenance qui s'expriment à travers la participation à l'ordre en articulant plusieurs échelles : transnationale, nationale, régionale et locale. Si ces dispositifs ont été très critiqués du fait de la violence dont ils sont la source, ils peuvent aussi être le support de la production de communautés morales. Loin d'être antagoniques, les conceptions de l'ordre et de la citoyenneté exprimées et produites par le bas et par le haut à travers la participation à l'ordre se rejoignent dans l'élaboration d'un idéal du village comme berceau de la production de personnes civiques.
      When they took power in 1986, the new political elites of the National Resistance Movement (NRM) promoted a renewed model of citizenship in the name of which citizens had to take charge of their own security. This article reexamines the social and historical depth of the conceptions of citizenship and belonging that are expressed through practices of participation in law and order and their political promotion by connecting several scales : transnational, national, regional, and local. Because they have been the source of much brutality, these practices have been criticized. However, they can also support the production of moral communities. Far from being antagonistic, the conceptions of order and citizenship as expressed and produced from below and from above through participation in law and order concur in outlining an ideal of the village as the cradle of the production of civic persons.
    • Policiers vigilants et vigilants policiers. Community policing et division du travail policier en milieu urbain au Malawi - Paul Grassin p. 157-187 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      À partir d'un terrain ethnographique de plusieurs mois, alternant entre le poste de police d'un quartier densément peuplé de Blantyre, capitale économique du Malawi, et les groupes vigilants qui patrouillent quotidiennement dans ce quartier, l'article apporte une contribution à l'étude de ce qui se joue à la frontière entre travail de police et vigilantisme. Il s'inscrit dans la lignée des travaux démontrant la porosité de cette démarcation, tout en montrant comment les jeux contradictoires d'assimilation/distinction permettent à chaque groupe de définir sa place dans l'arène policière locale. L'approche historique rend compte des mécanismes d'inclusion des groupes vigilants dans l'institution policière, à travers l'introduction du community policing, qui exacerbent leur bureaucratisation et recomposent les trajectoires d'accession à la notabilité locale de leurs leaders. Inversement, cette inclusion contribue à légitimer les pratiques policières « hors la loi » directement inspirées des techniques vigilantes.
      Based on a long-term ethnographic fieldwork at the frontier between state police and vigilante groups in a densely populated township in Blantyre, the economic capital of Malawi, this article brings a contribution to the study of the frontier between state police and vigilantism. Following previous works that have revealed the porosity of the police/vigilantes boundary, it shows that mechanisms of assimilation and distinction help each group to demarcate its position within the local police arena. The historical approach helps to identify the process through which vigilante groups have been included within the police institution, through the community policing reform, contributing to their bureaucratization. On the other hand, this intermingling has legitimized “off the books” practices from police officers that are directly inspired by the vigilantes' policing techniques.
    • Hiérarchies sociales, réforme morale et précarité économique au sein de l'Oodua People's Congress : de l'expérience vigilante radicale au travail de sécurité à Lagos (Nigéria) - Lucie Revilla p. 189-213 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      L'Oodua People's Congress (OPC) est connu de la littérature sur le vigilantisme pour avoir mené des actions justicières contre la criminalité depuis le milieu des années 1990 à Lagos dans le sud-ouest du Nigéria. Progressivement, l'organisation nationaliste yoruba s'est transformée en fournisseur de sécurité privée. Une perspective classique travaillant sur le vigilantisme privilégie l'analyse du monopole de la violence légitime, considérant ce genre d'initiative soit comme une négation de la souveraineté de l'État ou au contraire comme une de ses multiples recompositions. Cet article s'attache plutôt à comprendre comment se sont routinisées des tâches de sécurité en s'intéressant aux formes de travail rémunéré que l'organisation génère pour ses membres. La transformation de l'OPC tient au projet de réforme morale menée en direction des militant·es et aux mécanismes de hiérarchisation organisationnelle qui l'ont entraîné.
      The OPC is well known in the literature on vigilantism for having undertaken violent vigilante actions against crime since the mid-1990s in Lagos. Gradually, the Yoruba nationalist organization turned into a private security provider. The classic perspective of works on vigilantism favors the analysis of the monopoly of legitimate violence, considering this kind of initiative either as a negation of state sovereignty or, by contrast, as one of its many recompositions. This paper instead focuses on routinized security tasks by looking at the many forms of paid security work that the organization creates for its members. The transformation of the OPC can also be explained through the moral reform of the organization and a process of internal hierarchization.
    • La certification d'un citoyen secoureur en Chine contemporaine. Établir et représenter `iba posteriori`/ib la vertu d'un acteur au sein d'une arène de droit - Chayma Boda p. 215-235 accès réservé avec résumé avec résumé en anglais
      Dans cet article, nous suivons le parcours du dossier de candidature d'un citoyen chinois qui postule à un statut honorifique auprès de l'administration locale pour avoir essayé de stopper une agression en 2012. Alors que le récit de l'acte de secours se transforme, différents publics se forment autour de celui-ci. Par cette étude de cas, nous pénétrons dans les logiques d'une politique publique nationale qui encadre une participation citoyenne à l'ordre en influant a posteriori sur le sens donné aux actions de secours menées dans la sphère civile.
      In this article, we follow the story of Hui Yingke, a Chinese citizen who submitted an application to the local government in order to receive a title for trying to stop an attack in 2012. As the story of his helping behavior evolves, different kinds of audiences form around it. This case study allows us to look closer at the workings of the national public policy that aims to regulate public participation in law and order by weighing in on the meaning given to civilians' deeds of rescue.
  • Lecture critique